Léo le robot, le bagagiste à votre service

Genève AéroportLa semaine dernière, pour la première fois, un robot bagagiste était testé par des passagers.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les voyageurs de Genève Aéroport ont pu faire la rencontre d’une curieuse machine les 11 et 12 mai derniers dans le hall des enregistrements. Il s’agit de Léo, un robot un tantinet imposant, conçu pour prendre en charge les bagages des passagers. Mobile et autonome, ce robot est pourtant loin d’être un humanoïde.

Testé par 10 passagers au total

Conçu conjointement par le laboratoire Sita et l’entreprise BlueBotics, Léo se déplace seul et vient aider les usagers à se débarrasser de leurs bagages au plus vite. «Son objectif est de réduire le nombre de personnes qui rentrent dans le terminal», précise Stéphane Cheikh, manager aux laboratoires Sita. Il s’agit effectivement d’une alternative aux files d’attentes pour enregistrer ses bagages avec le personnel ou les bornes fixes. À l’aéroport, les regards des voyageurs sont teintés de curiosité. Certains s’approchent volontiers tandis que d’autres s’écartent et préfèrent jeter un œil de loin. Jusqu’à présent, seule une dizaine de personnes ont testé le robot, qui a surtout fait les yeux doux à la presse. Mais Sita et Genève Aéroport semblent satisfaits des premiers résultats. «La moitié n’a pas eu besoin de voir où allaient leurs valises et a laissé partir Léo sans crainte. L’autre moitié a été plus curieuse, et a voulu suivre ses bagages», commente Stéphane Cheikh. «On essaie d’être à la pointe pour faciliter le confort des passagers», souligne aussi Mathilde Boillat, chargée de communication à Genève Aéroport.

Avec Léo, le voyageur doit utiliser l’interface Scan&Fly, également présente sur les bornes fixes pour enregistrer ses bagages au terminal. Seule contrainte, il faut emprunter la compagnie aérienne Swiss et avoir sa carte d’embarquement. Une fois face à face avec notre ami Léo, il suffit de toucher l’écran tactile, de déposer son bagage dans le compartiment prévu à cet effet, de scanner son billet, d’attendre qu’il imprime l’étiquette-bagage, puis de l’installer sur sa valise ou son sac. Et enfin, confirmer que cela a bien été fait. Le robot va ensuite fermer la porte de son compartiment et imprimer un reçu pour que le passager voyage l’esprit tranquille. Léo va ensuite repartir sagement pour déposer sa cargaison à bon port.

Le petit frère de RobbI

Léo, dois son petit nom à nul autre que Léonard De Vinci, «car l'artiste est reconnu comme celui qui a conçu le premier robot du monde», s’amuse Stéphane Cheikh. Et il est également le digne petit frère du robot RobbI, prototype né en 2013 à Genève Aéroport. RobbI était une sorte de point info mobile. Il avait pour mission de répondre aux interrogations des passagers. Aujourd’hui, il ne déambule plus quotidiennement dans les allées de l’aéroport, mais il est toujours utilisé de façon événementielle. Comme à l’occasion du 4 mai dernier, lors de la journée «May the 4th be with you», journée de fête non-officielle pour les aficionados de la saga Star Wars.

Quel avenir pour Léo le robot ?

Léo n’est qu’un prototype, certes. Mais question sécurité, il n’ y a, a priori, rien à craindre. Le robot fonctionne grâce à un réseau wifi dédié, selon le même procédé que les réseaux internes de l’aéroport. Stéphane Cheikh en est persuadé: «Dans quelques années, on en verra de plus en plus.» S’il ne souhaite pas donner une estimation de combien pourrait coûter sa production, il rêve déjà de voir une flotte de robots se balader aux abords de l’aéroport.

Et c’est peut-être pour bientôt. En attendant, Léo fera un passage au salon Air Transport Summit, la semaine prochaine à Barcelone, pour charmer de potentiels investisseurs. De nouveaux tests devraient être réalisés cet été à l’aéroport de Genève. Cette fois-ci, Léo sera sans doute déplacé aux abords de la gare, pour faciliter le transport des bagages des voyageurs dès leur sortie du train. (TDG)

Créé: 19.05.2016, 15h02

Articles en relation

RobbI, l’androïde de l’aéroport, prend du grade

Technologie Depuis plus d’un an, un androïde sillonne le hall des bagages de l’aéroport. Vu son succès, il va bientôt étendre ses patrouilles. Plus...

A l’aéroport de Genève, un robot dernier cri guide les passagers

Cointrin Toilettes, bancomat, tickets de bus: l’engin équipé d’un socle à roulettes amène le visiteur au service désiré. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Un arbre s'abat au cimetière des Rois
Plus...