La monnaie locale devient virtuelle

Grand GenèveLa monnaie locale et transfrontalière va se décliner avec une version électronique. De quoi renforcer les liens entre les entreprises de la région.

Image: Marius Affolter / 24 heures

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Encourager les citoyens et les entreprises à effectuer leurs achats dans la région. Telle était l’idée derrière le lancement du léman au mois de septembre 2015. Un an et demi a passé depuis. Le projet voit maintenant plus grand: une version électronique et virtuelle s’apprête à être lancée.

A l’instar du bitcoin, la monnaie, dont la parité a été fixée avec le franc et l’euro, sera basée sur la technologie de la blockchain, avec une inscription décentralisée et transparente de l’ensemble des transactions. L’application sera disponible d’ici à quelques mois, car «il y a encore des questions d’ingénierie à régler, notamment sur la façon d’ouvrir un compte», précise Jean Rossiaud, président de l’association Monnaie Léman, qui est derrière cette monnaie locale et transfrontalière.

Une fois en place, elle permettra également le développement d’un crédit mutualisé à taux zéro destiné aux entreprises intéressées et impliquées: le lémanex. Aujourd’hui, elles sont trente-huit à avoir signé une déclaration d’intention de collaborer. Le principe de ce crédit? Si une entreprise a des difficultés de liquidités, par exemple pour payer un fournisseur, elle peut quand même le faire. Son compte en lémans sera débité et celui de son fournisseur crédité du montant en question. A terme, avec les rentrées d’argent engrangées par l’entreprise, son compte se rééquilibrera. Cela permet de répondre à la difficulté pour les petites et moyennes entreprises d’obtenir des prêts de la part des banques.

Avec le lémanex, le crédit est garanti par l’ensemble de la communauté. «L’objectif est de renforcer les PME et les petits commerces locaux, et de faire face à la globalisation des marchés, ajoute Jean Rossiaud. On renforce la capacité à commercer les uns avec les autres au niveau local. On tisse donc un filet économique résistant et qui permet d’éviter de tomber dans le filet social. Si les entreprises prennent l’habitude de travailler ensemble, elles pourront survivre ensemble en cas de crise.»

Coup de boost

L’évolution est naturelle pour le léman. Un an et demi après sa diffusion, il en existe environ 115 000 en circulation. Plus de 400 entreprises et entre 3000 et 4000 utilisateurs l’ont adopté. Les bureaux de change sont également de plus en plus nombreux, d’Evian à Lausanne en passant par plusieurs communes genevoises. Reste que pour donner un coup de boost à la monnaie, il importait d’offrir également une solution électronique, particulièrement pour les entreprises. Payer les fournisseurs en billets n’est en effet pas toujours pratique.

C’est ce qui a incité Guillaume Lambert, fondateur d’espace-terroir.ch, qui vend des paniers d’aliments de la région, à franchir le pas. «J’ai toujours trouvé le projet de monnaie locale vraiment intéressant. Mais pour nous qui ne vendons que par Internet, la monnaie physique n’avait pas d’intérêt. Une fois qu’on nous a annoncé que la version électronique était à bout touchant, nous avons rejoint le wagon. Il y a beaucoup à y gagner, notamment en termes d’échanges entre les entreprises. Nous avons beaucoup de fournisseurs qui utilisent déjà le léman.»

La communauté doit toutefois encore s’élargir. «Il y a quelques entreprises qui ont compris l’intérêt d’en démarcher d’autres. Cela permet de pousser le bouchon plus loin. Mais il y a beaucoup à faire. Le léman ne circule encore pas suffisamment bien. Chaque entreprise doit être actrice du système, afin que celui-ci soit plus solide.»

En bon exemple, Jean Rossiaud cite La Ritournelle, restaurant-épicerie sis au boulevard Carl-Vogt. «J’essaie de convaincre mes fournisseurs, j’en parle autour de moi, confirme Alexandre Rousset, son propriétaire. Je paie une partie du salaire de mon seul employé en lémans. Cela permet de faire circuler l’argent à l’intérieur du système. Je suis convaincu de la pertinence des monnaies locales. C’est une forme de marché parallèle, surtout avec la volonté des grands groupes financiers de faire disparaître la monnaie papier.» Le léman électronique doit donc encore séduire son monde: «Le papier permet le contact», clame Alexandre Rousset, lequel reste attaché à ses billets.

Créé: 28.03.2017, 16h31

Articles en relation

Un imprimeur rollois veut lancer une monnaie locale pour La Côte

Proximité A l’imprimerie Beaulieu, les planches des billets de 1, 2, 5, 10 et 20 perles sont prêtes à tourner Plus...

«On lance le e-Léman et le Lémanex ce printemps»

Finance alternative La monnaie Léman sera bientôt en ligne et accompagnée d’une version pour les crédits mutuels. Plus...

Paid Post

CallDoc, assuré malin et flexible
Bénéficiez de consultations médicales 24h/24, 7j/7 et faites des économies! Profitez du rabais de prime sur l’assurance-maladie de base. Demandez une offre maintenant.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Après l'accord avec l'UE, Johnson doit convaincre le Parlement
Plus...