Le sultan, le professeur de mendicité et les eaux de l’Arve…

Il y a 140 ansIl y a 140 ans, la Tribune de Genève, née le 1er février 1879, vivait son premier été. Qu’y lisait-on alors? Notre série d’été, en collaboration avec la Bibliothèque de Genève.

Première parution de la Tribune de Genève.

Première parution de la Tribune de Genève. Image: DR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La Julie d’il y a 140 ans était bien différente du journal que vous tenez entre les mains aujourd’hui. La publication ne ressemblait pas à l’idée qu’on se fait communément d’une gazette locale. Elle se composait de quatre pages, pour la plupart consacrées à la politique et aux nouvelles étrangères. Sauf la dernière, entièrement recouverte d’annonces et de publicités. En ce 2 juillet 1879, on y parle beaucoup de la Turquie – la «Sublime Porte» – et de son sultan, ainsi que de l’Égypte, où l’homme fort de l’époque, le vice-roi Ismaïl-Pacha, «a donné ou subi sa démission», selon le correspondant du journal, basé à Paris. On comprend que ce départ est notamment lié à diverses campagnes militaires coûteuses et à la construction du canal de Suez, qui ont vidé les caisses de l’État.

Le correspondant se demande si le départ d’Ismaïl-Pacha est une bonne ou une mauvaise chose pour les Anglais et les Français. Il émet un doute, craignant que la tutelle de l’Empire ottoman sur l’Égypte n’en sorte renforcée. «Les puissances occidentales le permettront-elles? se demande-t-il. On connaît l’opiniâtre force d’inertie des Turcs: faudrait-il recourir aux expéditions militaires pour en finir? Ils savent trop qu’on hésitera.»

Et à Genève? En page 3, dans un entrefilet de la «Chronique locale», on apprend que le 27 juin, un samedi, à six heures et demie du soir, un homme venant du Bois de la Bâtie circule sur la passerelle qui mène aux jardins de la Jonction. «On le vit s’arrêter, se pencher sur la barrière et se tirer un coup de revolver, puis au même instant tomber dans l’Arve.» Pas de protections rehaussées à l’époque pour protéger les personnes suicidaires. Et les quelques pêcheurs se trouvant sur place dans leur barque n’ont pas réussi à secourir le malheureux.

Dans un registre moins tragique, le journal nous apprend que les dates des Promotions sont fixées au 8 juillet pour les écoles primaires. Le cortège des plus grands aura lieu le 7, réunion aux Bastions puis départ en direction de la plaine de Plainpalais. Pas de risque de canicule ni d’annulation. Il y a 140 ans, les étés étaient sans doute bien plus frais.Retour à l’étranger, avec un étrange fait divers. Les murs de Londres sont couverts d’affiches vantant: «L’art de mendier en six leçons!» Un certain professeur, Lazare Konney, a fondé un collège destiné «à l’enseignement théorique et pratique de la mendicité. Toute personne convenable, d’intelligence ordinaire peut se mettre, grâce à un cours de six leçons, en état de vivre sans soucis et sans inquiétude aux dépens du public.» Chiens d’aveugle, béquilles et autres accessoires sont fournis en prime. On ne sait pas quelle a été la suite de la carrière du professeur Lazare.

Créé: 02.07.2019, 08h03

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Hong Kong: un pays, deux systèmes
Plus...