Laurent Moutinot: «Je suis triste pour Servette»

RelégationLe président de la Fondation du Stade de Genève réagit aux déconvenues des Grenat.

Laurent Moutinot, président de la Fondation du Stade de Genève.

Laurent Moutinot, président de la Fondation du Stade de Genève. Image: Pierre Abensur

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Président de la Fondation du Stade de Genève, Laurent Moutinot réagit à la relégation du Servette FC en première ligue, officialisée ce lundi matin. L’ancien conseiller d’Etat se déclare attristé et voit l’avenir de l’arène de La Praille comme un équipement public qui restera voué au football. C'est en tout cas ce que demande une motion adoptée par tous les partis en commission parlementaire de contrôle de gestion et qui devrait être débattue ce jeudi soir au Grand Conseil. Entretien.

Quelle sont les conséquences de cette relégation pour le stade?

Ce stade existe, il est statutairement dévolu au football et essentiellement au Servette. En dépit de cette relégation, qui m’attriste, ces buts ne vont pas changer. Une motion émanant du Grand Conseil demande clairement que ce stade soit désormais considéré comme un équipement public. Cela implique que la Fondation en reprenne la gestion. Il faudra discuter avec Servette des conditions dans lesquelles l’équipe continuera à y jouer, en tenant compte de sa relégation dans une ligue inférieure.

Le club a-t-il une ardoise à l’égard de la fondation?

Le Servette n’a pas rempli ses obligations relatives à l’entretien du stade. Mais il n’y a pas de dette pécuniaire car on lui a fait grâce du loyer pour le premier semestre 2015, soit 75'000 francs.

Le stade a-t-il encore une raison d’être dans cette situation? Pourquoi ne pas le raser?

On peut certes se poser la question, mais il serait étonnant de démolir une infrastructure qui n’a qu’une quinzaine d’années. Ce serait un gaspillage de fonds publics et privés. On doit faire en sorte que le stade devienne pérenne, peut-être en accueillant quelques matches de l’équipe nationale.

Ou en accueillant davantage de concerts?

Il s’agit fondamentalement d’un stade de football. On ne peut pas changer sa vocation à moins de faire d’énormes travaux dont on ne voit pas qui les paierait. Mais si le stade disposait d’un gazon artificiel plutôt que d'une pelouse naturelle comme c’est le cas actuellement, on pourrait envisager d’y organiser davantage de matchs. Des finales scolaires, par exemple.

Que vous inspirent ces derniers événements?

Je suis triste pour Servette. Il faut désormais pour ce club une structure plus ouverte et transparente, notamment sur le plan financier et cesser de croire aux hommes providentiels, car la même histoire se répète sans cesse.

Voulez-vous dire que Servette s’est montré opaque et fermé?

Je suis dans l’obligation de le confirmer. Des gens ont contacté Hugh Quenec et se sont fait éconduire. Je parle notamment d’investisseurs potentiels: certains n’avaient peut-être pas les meilleures intentions, mais il y avait aussi de vieux militants du club qui se sont fait opposer une fin de non-recevoir. Et pour la Fondation que je préside, les choses ont été compliquées.

Créé: 01.06.2015, 14h43

Galerie photo

Le dîner de gala des 125 ans du Servette FC

Le dîner de gala des 125 ans du Servette FC Jeudi soir, plus de 700 personnes ont assisté au dîner de gala donné en l'honneur des 125 ans du club grenat.

Articles en relation

Servette est officiellement mis sur la touche par la Ligue

Football Comme nous l'annoncions hier en exclusivité, le club grenat est relégué en première ligue promotion. La faillite menace Plus...

Le Servette FC devrait être sifflé hors jeu ce lundi

Football A moins d’un miracle, le club grenat, instable financièrement depuis trop longtemps, devrait être relégué en première ligue promotion ce lundi. Un sérieux risque de faillite existe aussi Plus...

Servette a abattu ses dernières cartes. Hugh Quennec aussi

Football Le club a plaidé sa cause devant l’autorité de recours des licences. Maintenant, les Grenat croisent les doigts. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.