Passer au contenu principal

Laurence Deonna raconte le vibrant parcours d'une héroïne kazakhe

Le dernier livre de la photo-reporter genevoise sera présenté mercredi soir à Plainpalais. Intitulé «Lira Baiseitova, lanceuse d’alerte», cet ouvrage vante le courage d'une femme d'exception qui l'a payé au prix fort.

Laurence Deonna et Lira Baiseitova.
Laurence Deonna et Lira Baiseitova.
DR

Voici un témoignage rare, recueilli dans les steppes du Kazakhstan, un pays immense et immensément méconnu, sous la plume de Laurence Deonna avec l’humanité et le talent qu’on lui connait. La photo-reporter genevoise a toujours tenté de mettre en lumière des femmes exceptionnelles. Celle qui est devenue son amie, la journaliste kazakhe Lira Baiseitova, en est une.

Au Vent des Routes

Ce mercredi de 18h à 19h30, Laurence Deonna dédicacera son dernier livre à la gloire de ce véritable chantre de la liberté d’expression, à la librairie Le Vent des Routes (50, rue des Bains). Intitulé «Lira Baiseitova, lanceuse d’alerte», l’ouvrage retrace l’histoire de cette journaliste kazhake de 66 ans. «Une femme au courage et à la volonté sans faille. Une héroïne», comme le souligne dans sa préface la juge Eva Joly, célèbre pour sa pugnacité dans sa lutte contre la corruption. Une «icône de la liberté d’expression» pour The Economist, à Londres, qui lui a décerné en 2002 son prestigieux Prix de la liberté de la presse.

En 1991, suite à la chute du communisme et au démantèlement de l’Union soviétique, le Kazakhstan acquiert son indépendance et Lira Baiseitova se met à rêver… Elle crée un hebdomadaire indépendant, Respublika 2000, «dans le but de dénoncer les turpitudes mafieuses qui règnent en haut lieu.» Elle le payera cher, très cher, car au communisme a succédé un capitalisme sauvage: intimidations, agressions, meurtres de ses proches. Les satrapes au pouvoir feront tout pour la faire taire dans ce pays courtisé pour son pétrole et les richesses de son sous-sol.

Un ouvrage salutaire

Lira Baiseitova, qui a obtenu l’asile politique en Suisse, sera présente mercredi à l'occasion du lancement du livre, paru aux éditions de l’Aire, qui lui est consacré. Un ouvrage salutaire selon les mots d'Eva Joly: «En racontant le périlleux combat d’une journaliste, Laurence Deonna nous rappelle que derrière chaque liberté conquise ou réprimée, il y a des vies sacrifiées.»

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.