Passer au contenu principal

Les langues étrangères, ce trésor cantonal méconnu

A Genève, plus de 40% des élèves parlent plusieurs langues. Des associations et les autorités veulent renforcer l’apprentissage des cultures d’origine car elles aident à mieux s’intégrer.

On a tous connu un (ou une) camarade de classe «étranger» qui pestait de devoir, après les heures de l’école obligatoire, se rendre à un cours pour apprendre la langue de ses parents. Ou on a été cet élève grognon. A l’origine perçue principalement comme un moyen de garder un lien fort avec son pays d’origine et la famille restée là-bas, la connaissance de sa langue et de sa culture d’origine a en réalité d’autres vertus, dont la société d’accueil peut tirer le meilleur profit.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.