À Laconnex, chez les Dethurens

Les familles influentes des communes genevoises (1/5)Depuis six générations, les Dethurens, arrivés dans la commune de la Champagne au XIXe siècle, ont marqué l’histoire du village.

De gauche à droite: Maxime, Hubert, Lucie, Jean, Pierre, Xavier, Paul et Gabriel. Derrière, la maison forte 
de Laconnex, qui appartient à la famille.

De gauche à droite: Maxime, Hubert, Lucie, Jean, Pierre, Xavier, Paul et Gabriel. Derrière, la maison forte de Laconnex, qui appartient à la famille. Image: MAGALI GIRARDIN

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Demandez à un habitant de la Champagne quels sont les deux noms qui illustrent le mieux le village de Laconnex. On vous répondra «Chez le Docteur» et Dethurens. Si le premier est un bistrot incontournable de la région, le second est sans conteste le patronyme le plus connu de cette petite commune de près de 700 habitants. Il faut dire que depuis vingt ans, le maire, Hubert Dethurens, règne sans partage sur ces terres qu’il défend bec et ongles contre ce qu’il nomme la «bureaucratie cantonale».

Et l’édile n’est de loin pas le seul membre de la famille à avoir marqué la vie politique locale. Un Dethurens faisait déjà partie des conseillers municipaux en janvier 1817 (date de la formation du premier Délibératif de la nouvelle Commune d’Avusy-Laconnex-Soral, qui a vu le jour suite au traité de Turin). Depuis, ils se sont succédé au Délibératif et à l’Exécutif. Aujourd’hui, l’influence de la famille se ressent toujours dans la commune. Déjà, à l’entrée du village, il suffit d’emprunter la route de la Parraille pour constater leur présence. Sur le seul garage automobile de la commune, la pancarte «Garage Dethurens» donne le ton.

En face, un énorme hangar abrite des engins agricoles de l’entreprise de battage de cette famille de paysans et de vignerons, qui cultive près de 45 hectares de terres et 10 hectares de vignes sur le territoire de la commune. Un peu plus loin, la nouvelle cave familiale est en construction.

Deux lignées venues de Thérens

Cette famille historique, également propriétaire du château de Laconnex (lire ci-contre) , est l’une des dernières de cette petite commune. Aux côtés des Thévenoz et des Revaclier, elle a façonné l’histoire mouvementée de ce bourg qui a changé à de nombreuses reprises de pays, de confession et d’appellation.

Pourtant, si tous les Dethurens de Laconnex portent le même nom, ils sont issus de deux branches distinctes. Impossible de savoir à quand remontent leurs ancêtres communs. L’histoire de la famille s’est perdue au fil des générations.

Seule certitude: les deux lignées sont issues du hameau de Thérens, autrefois appelé Thurens (situé aujourd’hui de l’autre côté de la frontière, à côté de Certoux), qui aurait donné le nom à la famille. «Aujourd’hui, il y a les Dethurens de la famille du maire Hubert et ceux de notre branche», glisse celui qui a été secrétaire général de la Mairie pendant douze ans, Gabriel. Le sexagénaire a fait de nombreuses recherches sur l’origine de sa famille sans réussir à remonter assez loin pour trouver l’aïeul commun.

«Les ancêtres d’Hubert ont dû arriver au début du XIXe siècle. De notre côté, le premier à s’être installé à Laconnex est mon arrière-grand-père Jean-Pierre Dethurens. C’était un paysan de Thérens, venu pour travailler la terre. Il a rencontré mon arrière-grand-mère et est resté.» Une arrivée pas forcément bienvenue, comme le relate l’ancien conseiller d’État David Hiler dans son ouvrage «Laconnex-Soral, destins singuliers et pluriels de deux communes réunies». Sa demande de naturalisation, déposée devant le Conseil municipal en 1860, a été refusée à l’unanimité au motif que la commune comptait déjà trop d’étrangers. Une anecdote qui fait sourire Gabriel Dethurens. «Il faut savoir que six mois plus tard, il a fait une nouvelle demande qui a été acceptée à l’unanimité. Entre-temps, il avait payé des coups à tout le village!»

Maires, régent et cafetiers

Ces premiers arrivants ont donné à la commune des personnages illustres tels que Paul Dethurens, qui a régné sur la Mairie de 1955 à 1983, détenant ainsi le record de longévité à ce poste. Ce personnage est également à l’origine de la route de contournement. «Selon la légende, ce dernier aurait décidé de réaliser cet ouvrage lors d’un apéritif Chez le Docteur en compagnie de deux autres habitants, relate Hubert. Un camion est passé à côté et a propulsé un caillou sur leur table, brisant un verre de bière. C’est cet événement qui aurait relancé les discussions autour de cette route.»

L’autre personnage phare de la famille est sans conteste Louis Dethurens. Instituteur pendant près de quarante ans à Soral et Laconnex et auteur de trois livres sur la commune, celui qu’on nommait «le régent» a marqué plusieurs générations d’écoliers. Au-delà de ces personnalités, une autre particularité a fait la renommée de la famille: elle a été propriétaire de deux des trois premiers «cabarets» (ancêtres des bistrots) de Laconnex dès la fin du XIXe siècle. Le premier se trouvait à la rue des Rupettes, il a été remplacé par une épicerie. Le second se situait au rez-de-chaussée de la maison forte. Nommé le Café Mégevand, le domaine faisait alors office de «débridée», glisse Pierre Dethurens. «C’était une sorte d’auberge pour les chevaux! Il y avait des écuries et les voyageurs se restauraient puis passaient la nuit au dortoir.»

Les cafés et l’épicerie tenus par les Dethurens ont disparu depuis longtemps, mais la famille reste présente en nombre dans le village.

Pas moins de dix foyers laconnésiens abritent encore des Dethurens. Lucie et Maxime, 32 et 34 ans, ont repris respectivement la direction de la cave et de l’entreprise agricole familiale. Ce dernier suit également la trace de ses ancêtres en siégeant au Conseil municipal depuis quatre ans. Quant à leur père Hubert, il pourrait bien rempiler pour un dernier mandat à la tête de la Mairie.

Le nom Dethurens pourrait donc encore marquer l’histoire de ce village à l’avenir, bien que les hommes de la nouvelle génération se fassent rares. À ce jour, seuls Xavier, son fils Paul et Maxime portent encore le patronyme familial.


Châtelains malgré eux

À l’origine, les Dethurens sont des agriculteurs sans titre de noblesse ni grands moyens financiers. Comment expliquer, alors, qu’ils soient devenus propriétaires du château de Laconnex?

L’imposant édifice qui trône au milieu du village a été construit au XIIIe siècle. Lucie Dethurens indique qu’il était beaucoup plus grand à l’époque, s’étendant au-delà de l’actuelle rue de la Maison-Forte. Son domaine aurait même abrité un cimetière et une chapelle. Le bâtiment est brûlé par les Bernois au début du XVIe siècle. Par la suite, seule la maison forte est reconstruite. Elle appartiendra à plusieurs nobles tels que le comte de la Grave Nicolas Moran, seigneur de la Motte et baron de Saint-Sulpice, avant de devenir propriété des Dethurens vers la fin du XIXe siècle.

Selon Jean Dethurens, l’oncle du maire actuel, «elle appartenait à une parente éloignée. Elle était veuve et sans enfant. Celle-ci s’est liée d’amitié avec notre grand-père Alexis et sa femme, qui se sont beaucoup occupés d’elle à la fin de sa vie. À son décès, au lieu de léguer le château à la famille de son mari, comme le voulait la tradition, elle l’a donné à nos grands-parents.» Ces derniers sont ainsi devenus les premiers châtelains de la famille. Aujourd’hui, le château compte deux appartements, où logent Jean Dethurens et son frère Pierre. C.Z.B.

Créé: 22.07.2019, 10h26

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Budget 2020: 590 mio de déficit prévus
Plus...