«Sur le lac, les courants et les vents sont forts»

SauvetageDepuis 1885, des sauveteurs bénévoles surveillent le Léman. Reportage avec ceux d’Hermance.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Un zodiac blanc sans conducteur dérive au large d’Anières. Sébastien Leu, président de la Société de sauvetage d’Hermance, met le cap vers l’embarcation. Les clés sont sur le contact, l’ancre n’a pas été jetée. Il saisit sa radio et signale la situation. En quelques secondes, une voix lui apprend qu’il s’agit de l’annexe d’un catamaran. Le même catamaran qui se rapproche pour le récupérer: «Il était à la traîne et s’était détaché.» «Alléluia!» répond la radio.

Sept personnes se sont noyées depuis le début de l’année à Genève. Le dernier décès est survenu mardi au large de la Perle du Lac. Afin de pouvoir intervenir le plus rapidement possible et venir en renfort à la police, voire aux pompiers, la Société internationale de sauvetage du Léman, née en 1885, compte trente-quatre sections tout autour du lac. Chacune est composée de bénévoles détenteurs d’un brevet de secours et ayant suivi des cours de matelotage. Environ cinquante personnes sont actives à la section d’Hermance, qui surveille été comme hiver un périmètre allant de Collonge-Bellerive à Nernier. «On est une super-équipe de copains, on navigue et en plus on aide les gens», se félicite Stéphane Ricco, l’un des membres.

Tous types d’interventions

Depuis le début du printemps, la section d’Hermance est intervenue une trentaine de fois pour des accidents ou des dégâts matériaux. «Le lac a l’air calme et paisible, mais les courants sont forts et les vents violents», rappelle Sébastien Leu. Les histoires sont nombreuses et la plupart finissent heureusement bien. La dernière grosse mobilisation a été causée par un pédalo emprunté récemment par un groupe de six jeunes au bord de la rade et retrouvé sans passager à la plage de la Savonnière. Sept bateaux et un hélicoptère sont intervenus, mais aucun corps n’a été trouvé. «Il est fort probable que les jeunes aient décidé d’abandonner leur pédalo, explique Sébastien Leu. Mais il vaut toujours mieux partir très gros et dégraisser au fur et à mesure. Les moyens de sauvetage sont là et il faut les utiliser.»

En cas de problème, les sauveteurs bénévoles se doivent de donner l’alerte mais ne sont jamais forcés à intervenir. «Nous ne sommes pas disposés à voir des gens souffrir ou mourir tous les jours. Si une personne n’est pas prête, cela peut la choquer et elle peut ensuite ne plus vouloir sortir», précise le président de section, ambulancier de profession.

Beaucoup de prévention

D’autres tâches sont heureusement plus agréables. Les sauveteurs du Léman font énormément de prévention. «On rappelle aux gens de mettre un chapeau ou de la crème à leurs enfants, de bien s’hydrater ou, aux amateurs de paddle et de matelas pneumatiques, de mettre un gilet de sauvetage.» Pour rentrer dans leurs frais, les sociétés de sauvetage demandent des subventions, envoient des bulletins de versement aux personnes sauvées et organisent des fêtes pour acheter de l’essence. (TDG)

Créé: 09.07.2015, 20h29

Précautions pour baignade sans danger

«Si la baignade est plaisante, la noyade est un réel danger», rappellent les sauveteurs du Léman. Pour les bons et moins bons nageurs. La noyade primaire par inondation des voies respiratoires peut intervenir chez des personnes ne sachant pas nager ou suite à l’épuisement d’un nageur. La noyade secondaire intervient après une hydrocution, un traumatisme ou une perte de connaissance.

Les crampes musculaires peuvent surgir pendant la digestion. L’activité musculaire du tube digestif entraîne en effet un changement radical du flux sanguin vers l’abdomen et il y a moins d’oxygène disponible pour les bras, les jambes mais aussi les poumons. Les crampes alors provoquées peuvent mettre le nageur en difficulté. Pour les combattre, la meilleure chose à faire est de rester calme et d’essayer d’étirer le muscle touché en flottant dans l’eau. Faire trempette après un repas n’entraîne pas de crampes. Ces douleurs surgiront surtout après un repas complet et en cas d’activité physique intense.

Trop manger avant de faire un effort important dans l’eau est également déconseillé pour éviter les risques de vomissement. Nager intensément l’estomac vide n’est pas plus recommandable si on veut éviter les risques d’hypoglycémie.

La déshydratation est également l’ennemi des nageurs car on ne sent pas la sueur dans l’eau. Il est donc important de bien boire avant de nager.

L’hydrocution, un choc thermique entraînant l’arrêt du cœur, peut être évitée par une bonne hydratation, en prenant une douche froide avant de se baigner ou en entrant dans l’eau progressivement en se mouillant la nuque, le thorax et le dos. Éviter les repas copieux, l’alcool et les expositions intenses au soleil est également recommandé avant d’entrer dans l’eau. Dans le Léman, il est également recommandé de veiller aux variations de température. Quand l’eau descend en dessous de 20?°C, des personnes peuvent faire des allergies au froid, qui provoquent démangeaisons, rougeurs et gonflements de la peau, et peuvent faire perdre connaissance. La chaleur est également dangereuse. Lors d’une longue exposition au soleil, le corps peut atteindre jusqu’à 41?°C, ce qui favorise les risques de coups de chaleur et de déshydratation. Chapeaux et crèmes solaires sont de mise.

Côté technique, il est recommandé de ne pas plonger dans une eau sans visibilité, pour éviter de se blesser, et d’être conscient que les rives du Léman sont souvent abruptes et que l’on peut rapidement y perdre pied.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Brexit: Theresa May à Bruxelles
Plus...