La Ville de Genève accepte de bonne grâce le Prix Genferei

DistinctionLa maire Sandrine Salerno a reçu la distinction humoristique. Pierre Maudet a refusé la sienne.

La maire de Genève, Sandrine Salerno, accepte le prix Genferei au Palais Eynard.

La maire de Genève, Sandrine Salerno, accepte le prix Genferei au Palais Eynard. Image: Maurane Di Matteo

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Visite inhabituelle au Palais Eynard. Dans la salle d’apparat du rez-de-chaussée, le «comité occulte» du Prix Genferei a remis jeudi matin à la maire Sandrine Salerno, une feuille dorée du marronnier fou à la Ville de Genève. Pour la première fois, en 2019, les journalistes du canton, dépassés par la créativité des élus, ont décerné leur distinction ironique annuelle à deux candidats!

La semaine dernière, le premier prix a été naturellement attribué à Pierre Maudet pour son voyage à Abu Dhabi et ses suites. Mais, au vu des brillantes prestations de la Ville, les membres du prix ont aussi dû la féliciter pour l’affaire dite des notes de frais de ses magistrats.

À noter que les conseillers administratifs les plus concernés par ladite affaire, Guillaume Barazzone et Rémy Pagani, n’étaient pas présents pour recevoir leur récompense. Quant au magistrat cantonal Pierre Maudet, il a refusé son trophée, faisant savoir par son responsable de communication qu’il «ne ferait aucun commentaire». Sa feuille dorée lui reste néanmoins acquise.

Sandrine Salerno quant à elle l’a acceptée avec joie: «C’est avec émotion et reconnaissance que la Ville reçoit son prix. Il souligne que les élus, à qui on reproche souvent d’être ennuyeux, sont des êtres de chair et de sang.» Quittant définitivement le registre sérieux, la magistrate a ensuite brodé sur la concurrence avec le Conseil municipal et le Canton pour savoir d’année en année qui serait le plus méritant. «Le Conseil municipal se distingue presque à chaque séance et la concurrence est rude. Aussi, en cette dernière année de législature, avons-nous décidé au Conseil administratif de tout faire pour gagner». Et de saluer la collaboration de la Cour des comptes à cette réalisation: «Nous avons travaillé la main dans la main. Ce qui n’était pas pratique, l’une d’entre elles tenant une carte de crédit.»

Créée par des journalistes genevois en 2012, le Prix Genferei est un acte d’autodérision collective créé pour saluer une des production les plus fertiles du canton: «ces projets politiques lourds de conséquences imprévues, s’effondrant avec une élégance ou un retentissement particulier. La touche artistique est cruciale ici».

Créé: 20.06.2019, 18h18

Articles en relation

Claude Bonard: Une "Genferei" politique entre radicaux et indépendants (libéraux)

La revue des blogs Alexandre de Senarclens: La blockchain au service des entreprises genevoises. Rémi Mogenet: L'âme collective américaine. Joseph Daher: « l'Islam est-il responsable des attentats terroristes »? Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Premier anniversaire des gilets jaunes
Plus...