La plus grande commune viticole de Suisse regorge d'eau

GéothermieLe forage exploratoire à Satigny livre des premiers résultats prometteurs.

Le débit de l'eau trouvée à l'issue de ce forage exploratoire est très important.

Le débit de l'eau trouvée à l'issue de ce forage exploratoire est très important. Image: Services industriels de Genève

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

À Satigny, il n’y a pas que le vin qui coule à flots. Le sous-sol de la plus grande commune viticole de Suisse regorge de flotte. Une eau à 33 degrés qui remonte à la surface avec un débit de plus de 50 litres par seconde. Pour la dénicher, il a fallu forer un puits géant, jusqu’à 744 mètres de profondeur.

La pêche aux informations

Ces chiffres découlent du programme GEothermie 2020, lancé il y a quatre ans par l’État et réalisé par les Services industriels de Genève (SIG). Satigny est le premier site de forage exploratoire du canton. D’autres sont prévus dès cette année entre Jura et Salève.

Les techniciens espéraient trouver de l’eau à 650 mètres de profondeur. «Et cela a été le cas, souligne Véronique Tanerg, porte-parole des SIG. Mais nos appareils permettaient d’aller plus loin.» Histoire de pêcher un maximum d’informations.

Remplir une baignoire en 3 secondes

La bonne surprise émane du fort débit de l’eau «qui remonte naturellement, sous pression, note Véronique Tanerg. Avec un tel débit, on remplit une baignoire en trois secondes.» En comparaison, en 1993 à Thônex, on avait foré jusqu’à 2700 mètres, mais le liquide trouvé filtrait à un petit décilitre par heure.

Rien à voir avec Satigny, où l’eau, qui doit provenir du Jura, s’infiltre sous terre et coule dans une faille. «Nous avons foré là où nous pensions trouver la conjonction entre le calcaire perméable et une fracture significative, précise Jacques Martelain, directeur du Service cantonal de géologie, sols et déchets. Outre le débit très intéressant, la température de l’eau est aussi un petit plus haute que prévu. Enfin, troisième bonne nouvelle, le modèle de forage construit sur la base des données géophysiques que nous avons récoltées est juste.»

La géothermie pourrait couvrir 20% des besoins en chaleur du canton d’ici à vingt ans environ.

Créé: 11.06.2018, 17h56

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.