La galaxie Croix-Rouge célèbre l’idéal humanitaire

GenèvePour la première fois, une fête était organisée aux Bastions, le jour de la date de naissance d’Henry Dunant. Reportage.

Un visiteur se met dans la peau d’un civil en plein conflit armé, sur le stand du CICR.

Un visiteur se met dans la peau d’un civil en plein conflit armé, sur le stand du CICR. Image: Laurent Guiraud

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«Dans le monde entier, on célèbre chaque année le 8 mai, sauf à Genève, berceau de la Croix-Rouge. Beaucoup s’en étonnaient.» La directrice générale de la Croix-Rouge genevoise, Stéphanie Lambert, se réjouit que cet «oubli» soit désormais réparé grâce à l’initiative de son président, Matteo Pedrazzini.

Ce mercredi, toutes les organisations de la galaxie Croix-Rouge — du CICR aux chiens de sauvetage de Redog, en passant par les Samaritains et la Fédération des sociétés internationales de la Croix-Rouge, entre autres — ont commémoré aux Bastions le mouvement fondé par Henry Dunant. Le Genevois est en effet né le 8 mai 1828. «Nous sommes là pour sensibiliser la population aux valeurs humanitaires qui ont changé le monde, souligne Stéphanie Lambert, ainsi que pour la motiver à s’engager, car nous avons toujours besoin de bénévoles.»

Mission: sauver des vies

«Ce que nous vivons aujourd’hui ici, toutes les communautés, les volontaires et les délégués de la Croix-Rouge le vivent tout autour de la planète», souligne le directeur général du Comité international de la Croix-Rouge (CICR), Yves Daccord. Pour le secrétaire général de la Fédération des sociétés internationales de la Croix-Rouge, Elhadj As Sy, c’est l’occasion de «renouveler notre engagement de servir ceux qui sont dans le besoin». Et d’émettre une pensée pour les collègues engagés au Mozambique suite aux deux cyclones qui ont frappé le pays, ainsi que pour ceux «qui ont perdu la vie en essayant de sauver des vies».

Sauver des vies, c’est le point commun de toutes les organisations participant à cette fête, même si elles œuvrent sur des terrains très différents. Le stand du CICR remporte un certain succès auprès des visiteurs, grâce à son kit de réalité virtuelle. Celui-ci permet par exemple de se mettre dans la peau d’un civil en plein conflit armé. Une fois le masque 3D passé, votre mission est d’amener une gamine inconsciente jusqu’au poste de secours du CICR, alors que les obus et les roquettes explosent de tous les côtés et que vous devez éviter les tirs des snipers. «C’est assez saisissant! s’exclame un jeune homme. On s’y croirait presque.»

Bien plus qu’un simple gadget, cet outil est utilisé par le CICR pour former ses délégués ou pour sensibiliser les donateurs. «Cela leur permet de comprendre ce qu’il se passe sur le terrain», explique Issam Naime, chargé de projet.

Juste à côté, le stand des Samaritains est également apprécié du public, ravi de s’essayer au massage cardiaque sur un mannequin à qui on ne risque pas de casser des côtes. «Les enfants sont très intéressés, se félicite Raymond Dehaumont, secrétaire général de l’Association genevoise des sections de Samaritains. Nous espérons susciter des vocations et le plus tôt est le mieux.»

Visite en famille

Aline Saurer tente un massage cardiaque, sans grand succès: «Cela demande beaucoup de force! s’étonne la retraitée. Je n’ai pas réussi à faire cliquer le mannequin.» Elle est venue avec son petit-fils dans le but d’avoir une occupation «pas trop bobette» un mercredi après-midi. Mais elle avoue être un peu dubitative: «Ce n’est pas facile d’accrocher les enfants sur de telles thématiques, notamment sur celles touchant au CICR.»

Bien que ne faisant pas partie de l’univers de la Croix-Rouge, la Société Henry Dunant était aussi de la partie. «Nous voulons montrer tout le génie d’une invention qui nous a fait entrer dans l’ère humanitaire», souligne son président, Roger Durand. À ses côtés, l’arrière-petit-neveu de Henry Dunant, Bernard Dunant, ne cache pas sa satisfaction de voir toutes ces différentes organisations réunies pour cette célébration: «Cela permet de montrer tout ce qui se fait et de mettre les gens en contact.»

«Coorganiser cette manifestation avec tous ces acteurs a été une gageure, confie Stéphanie Lambert, mais finalement cela s’est très bien passé.» Rendez-vous est pris pour 2020, pour la prochaine édition.

Créé: 08.05.2019, 18h31

Articles en relation

Au début de la Croix-Rouge en cinq points

Histoire Un 8 mai naissait Henry Dunant, une date que la Croix-Rouge a choisi pour sa journée mondiale. Cette figure genevoise et quelques autres ont ouvert la voie Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.