L’ex-chancelière a remboursé ses «miles»

Frais du Conseil d'EtatUn député a sollicité le Conseil d'Etat pour savoir ce qu’étaient devenus les points de fidélité liés aux voyages de la magistrate. Ils ont été restitués.

Anja Wyden, ancienne chancelière du Conseil d'Etat.

Anja Wyden, ancienne chancelière du Conseil d'Etat.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

À la suite de la publication de la liste des voyages du Conseil d’État et de son ancienne chancelière, Anja Wyden, les réactions politiques ont fusé. Après une question écrite de la députée MCG Ana Roch demandant des détails sur les nombreuses escapades de cette dernière, le socialiste Alberto Velasco a souhaité savoir ce qu’étaient devenus les miles engrangés grâce à ces trajets. Le Conseil d’État ayant répondu sur ce point pour ses membres mais pas pour son ancienne chancelière, la «Tribune de Genève» a cherché à savoir ce qu’étaient devenus ces points de fidélité: Anja Wyden l’assure, elle ne les a pas utilisés à des fins privées et les a récemment remboursés.

Le Conseil d’État l’avait expliqué à Alberto Velasco dans une réponse livrée au Grand Conseil lors de sa dernière session: certains services peuvent thésauriser ces miles et les réutiliser à des fins professionnelles, mais jamais personnelles. L’objectif est de suivre la règle «de ne pas chercher à bénéficier d’avantages privés en lien avec l’exercice d’une fonction officielle».

La Chancellerie nous confirme que l’ancienne responsable «a récupéré des miles à des fins privées». Mais ceux-ci ont été remboursés à hauteur de 230 francs, le mois passé, soit après la publication des voyages de l’ex-chancelière dans la presse. Ce que confirme cette dernière, en assurant ne pas les avoir utilisés pour des voyages privés.

Alors, est-ce un oubli ou un rattrapage de dernière minute? «C’était mon secrétariat qui se chargeait en général de la réservation des vols. Je n’ai jamais vraiment prêté attention à ces miles», explique Anja Wyden. Quant à les thésauriser à l’interne, l’ancienne responsable explique qu’il n’existait pas de véritable «pot commun» au Conseil d’État ou dans ses services (sauf dans le service du Développement économique, recherche et innovation) et qu’aucune information à ce sujet n’avait été donnée aux magistrats ou services en ce sens.

La question du député a néanmoins précipité le remboursement: «Lorsque la question s’est posée suite à l’interpellation de M. Velasco, j’ai fait une évaluation du nombre de miles en comptant large, car certains ont sans doute été perdus après quelque temps, et j’ai remboursé ce solde.»

Par ailleurs, l’ancienne responsable assure ne pas avoir engrangé beaucoup de points. «En choisissant systématiquement les vols les moins chers, un certain nombre d’entre eux ont été effectués sur des lignes aériennes où je n’avais pas de compte de fidélité, explique-t-elle. Pour les vols de longue durée, Swiss n’était pas toujours l’option la moins chère et du coup cela n’a pas déclenché des miles.» Son inscription au programme «Miles and More» date par ailleurs d’un vol de long-courrier qu’elle a effectué à titre privé, poursuit l’ancienne chancelière.

Créé: 09.05.2019, 17h52

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.