L’Entente se prépare à la course au Conseil administratif de Thônex

ÉlectionsLe PLR et le PDC ont déjà désigné leurs candidats à l’Exécutif pour 2020. Ils semblent bien placés pour conserver le pouvoir.

«Je connais bien les défis qui attendent Thônex, qui est en pleine croissance et en plein changement sociodémographique», affirme Bruno da Silva, candidat PDC.

«Je connais bien les défis qui attendent Thônex, qui est en pleine croissance et en plein changement sociodémographique», affirme Bruno da Silva, candidat PDC. Image: Laurent Guiraud

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

À Thônex, l’Entente, qui monopolise le pouvoir exécutif depuis des lustres, est déjà en lice pour les élections municipales de l’an prochain. Le Parti libéral-radical (PLR) et le Parti démocrate-chrétien (PDC) sont les premiers à avoir désigné leurs candidats au Conseil administratif. Les autres partis ne se sont pas encore décidés. Ils le feront à partir de la rentrée.

L’Entente est donc en ordre de bataille et elle compte bien conserver son hégémonie sur l’Exécutif de la septième plus grande commune du canton en termes de population. Du côté du PLR, les deux magistrats sortants, Pascal Uehlinger et Marc Kilcher, se représentent. Ils brigueront respectivement un troisième et un deuxième mandat.

Au PDC en revanche, l’actuel conseiller administratif Philippe Decrey se retirera après dix-sept ans passés à l’Exécutif, précédés par seize ans au Conseil municipal. Les démocrates-chrétiens thônésiens ont choisi à l’unanimité Bruno da Silva pour tente lui succéder. Ayant grandi à Chêne-Bourg puis à Thônex, cet enseignant en histoire et géographie âgé de 24 ans siège depuis 2015 au Délibératif, qu’il préside depuis le 1er juin. Jusqu’en avril, il était aussi le président des Jeunes PDC du canton. Son engagement en politique remonte au Parlement des jeunes de Thônex. Impliqué dans les milieux sociaux et associatifs de sa commune, Bruno da Silva est par ailleurs coadministrateur d’une coopérative d’habitation.

Fort de ces expériences, il estime avoir les épaules assez solides pour intégrer l’Exécutif thônésien, en dépit de son jeune âge. «En tant que président de la commission sociale du Conseil municipal, je connais bien les défis qui attendent Thônex, qui est en pleine croissance et en plein changement sociodémographique. De plus, dans mes études de géographie, je me suis spécialisé dans les problématiques urbaines.» S’il est élu, le PDC se verrait bien reprendre les actuels dicastères de Philippe Decrey (le Social, la Culture et la Mobilité). «Je suis tout à fait sur la même longueur d’onde que lui. Et je m’entends bien avec des élus de tous bords, je cultive la tradition du consensus.»

Philippe Decrey se targue aussi d’avoir toujours cherché à défendre les intérêts de la commune au-delà des clivages politiques. «Après toutes ces années, il est temps de passer la main, confie-t-il. Bruno da Silva peut apporter du sang neuf au Conseil administratif. Sa jeunesse en inquiète certains, mais je ne me fais aucun souci. Il a beaucoup de capacités intellectuelles, il connaît très bien sa commune et il s’y investit. C’est pour cela que je m’engage à le soutenir et à lui donner des coups de main si nécessaire.»

À moins d’un tremblement de terre, il semble peu probable que l’Entente perde le pouvoir, qu’elle détient sans partage à Thônex depuis des décennies. En 2015, ses trois candidats avaient remporté une victoire écrasante, élus dès le premier tour alors qu’ils faisaient face à un nombre de concurrents sans précédent. Et cela même si l’un des prétendants de l’Entente, Marc Kilcher, se présentait pour la première fois, comme Bruno da Silva aujourd’hui.

Créé: 22.07.2019, 08h00

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.