Passer au contenu principal

Jules, le fameux cochon de la Thune du Cœur, s’est gavé de 76 103 francs

Les Genevois ont été généreux lors de l’action de solidarité menée par la «Tribune de Genève».

Pierre Ruetschi, François Torche (La Virgule), Anne-Lise Thomas, Dominique Baertschi (La Vigule) et Charly Galley (Colis du Coeur)
Pierre Ruetschi, François Torche (La Virgule), Anne-Lise Thomas, Dominique Baertschi (La Vigule) et Charly Galley (Colis du Coeur)
Lucien Fortunati

Après avoir fait bombance durant plus d’un mois, Jules a montré hier ce qu’il avait dans l’estomac. Le fameux cochon, emblème de la Thune du Cœur, s’est nourri durant la période des Fêtes de la générosité des Genevois, qui l’ont gavé de 76 103 francs. Une somme considérable que se partageront la banque alimentaire Partage, les Colis du Cœur et la Virgule, trois associations venant en aide dans le canton aux plus démunis. «C’est une magnifique mobilisation», a réagi Julie, qui en plus de ses chroniques chapeaute l’action de solidarité que la Tribune de Genève conduit depuis vingt-deux ans.

L’argent récolté est parvenu des quatre coins de la République, de citoyens anonymes, d’associations diverses, de collectivités publiques ou encore d’entreprises. Et cela sous des formes variées! «Parfois, on trouve un billet de mille francs plié en quatre dans la tirelire de la réception, puis quelques heures après, on réceptionne une boîte remplie de pièces de 5 centimes», souligne Julie, qui a patiemment réalisé au cours du mois de décembre des centaines de rouleaux de monnaie. Les dames de Vésenaz, qui s’adonnent à la peinture sur porcelaine, ont récolté pour Jules 6000 francs en vendant leurs créations. Le concert du premier de l’an, à la Madeleine, a permis de rassembler 5000 francs. Si les cochons ont essaimé un peu partout à Genève lors de vins chauds et d’animations de Noël, ceux de la Revue se sont gavés de quelque 3000 francs.

Mais la solidarité ne se mesure pas aux records de dons: «Chaque sou compte», a rappelé Anne-Lise Thomas, en charge de la communication et de la récolte de fonds chez Partage, qui l’an dernier a redistribué plus de 1000 tonnes de marchandises à une cinquantaine d’associations. Un record qui, en l’occurrence, n’a rien de souhaitable. «Sur ces deux dernières années, la distribution de denrées a augmenté de 40%. La demande provient maintenant aussi de cette nouvelle classe moyenne inférieure, qui n’arrive plus à faire face.» Pour Pierre Ruetschi, rédacteur en chef de la Tribune de Genève, «cette action constitue un coup de cœur que nous avons eu il y a longtemps déjà. La récolte de fonds ne fait pas partie de notre travail au quotidien, mais il nous importe de faire quelque chose pour les Genevois au-delà de l’information que nous leur transmettons.»

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.