Les jeunes de Malagnou au tribunal

LogementLe collectif Xénope, qui loue une maison de l’État, tente une dernière fois de prolonger son bail.

Les habitants du 154, route de Malagnou ont plusieurs fois manifesté pour tenter d'obtenir gain de cause. Comme ici lors d'une manifestation le 20 octobre 2016 en Vieille-Ville. (Photo d'archives)

Les habitants du 154, route de Malagnou ont plusieurs fois manifesté pour tenter d'obtenir gain de cause. Comme ici lors d'une manifestation le 20 octobre 2016 en Vieille-Ville. (Photo d'archives) Image: Sophie Simon

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le bras de fer dure depuis trois ans. Il oppose l’État à une quinzaine de jeunes gens regroupés au sein de l’association Xénope. L’enjeu: une vieille bâtisse au 154, route de Malagnou, que le collectif loue pour 1540 francs par mois mais que l’État veut reprendre.

La lutte a parfois pris la forme de manifestations très démonstratives. Mercredi matin, elle est confinée dans une salle feutrée du Tribunal des baux et loyers. Les membres de Xénope tentent d’obtenir une prolongation de leur bail. Depuis 2016, l’État leur a fait savoir qu’il comptait y loger des réfugiés. Les jeunes n’y voient qu’un prétexte. «L’Hospice général n’a pas de projet sur ce site», assurent-ils.

Mercredi, ils ont fait témoigner Rémy Pagani. Dans l’idée que le conseiller administratif de la Ville fasse le médiateur pour renouer le dialogue avec le conseiller d’État Serge Dal Busco. L’association espère aussi que la Ville lui proposera une solution de remplacement si elle devait quitter Malagnou. Elle a également demandé l’audition de l’Hospice général, espérant qu’elle confirme son désintérêt pour Malagnou.

L’affaire reste à juger. En l’état, Xénope peut rester jusqu’à l’été 2019. Une quinzaine de personnes vivent dans cette ancienne station de zoologie de l’Université. «Nous y avons aussi créé des ateliers», dit l’une des membres. Bois, vélos, sérigraphie, couture. «Nous défendons un habitat collectif et nous aimerions disposer d’un bail reconductible jusqu’à ce qu’un projet se réalise.» (TDG)

Créé: 06.12.2018, 07h25

Articles en relation

Des associations réclament des loyers abordables

Logement Des syndicats, les Verts, les partis de gauche et des groupements de la société civile montent au front. Plus...

Un millier de manifestants pour le «droit à la ville»

Genève Les étudiants de Malagnou, que l'Etat veut déloger, ont mobilisé une large frange de sympathisants samedi après-midi. Plus...

Des étudiants dénoncent des maisons vides de l'Etat

Genève Le collectif Xénope, dont le bail à Malagnou n'est pas renouvelé au profit de migrants, pointe des alternatives. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Brexit: Theresa May à Bruxelles
Plus...