Passer au contenu principal

«J’ai sans doute commis des erreurs d’appréciation»

Anne Emery-Torracinta admet avoir commis une erreur d’appréciation dans l’affaire Ramadan et dans celle du mandat octroyé au compagnon de sa secrétaire générale. La magistrate s’explique.

À moins d’un mois du premier tour de l’élection cantonale, la magistrate fait face à une crise sans précédent dans son département.
À moins d’un mois du premier tour de l’élection cantonale, la magistrate fait face à une crise sans précédent dans son département.
Lucien Fortunati

Plongée dans une grave crise institutionnelle depuis plus d’une semaine, la conseillère d’État chargée de l’Instruction publique (DIP), Anne Emery-Torracinta, s’explique.

Pourquoi avez-vous attendu aussi longtemps pour lancer une enquête générale sur les dysfonctionnements au sein du DIP liés à l’affaire Tariq Ramadan?

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.