«J’ai découvert dans la fidélité des avantages innombrables»

AddictionPaul*, 50 ans, a vu sa vie se défaire il y a deux ans, lorsque sa femme l’a mis à la porte à cause de ses tromperies à répétition.

« J’avais besoin de me sentir exister à travers ces relations multiples.»

« J’avais besoin de me sentir exister à travers ces relations multiples.» Image: MAGALI GIRARDIN

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«Elle m’avait menacé quelques fois de me quitter si je ne coupais pas court à mes aventures. Mais j’ai cru que je m’en sortirais, comme toujours.» Pas cette fois. Seul dans un petit studio et face à ses angoisses, le Lausannois réalise que quelque chose ne tourne pas rond chez lui. «J’ai toujours cru qu’enchaîner les relations sans états d’âme était normal. Finalement, ce n’est même pas tant le sexe que je recherchais, mais plutôt de la compagnie. J’avais besoin de me sentir exister à travers ces relations multiples. Je ne me sentais bien que si je pouvais conquérir une femme. J’en étais arrivé à un point où me faire attraper n’avait aucune importance. Je me disais que si je perdais tout, il y en aurait une autre.»


Lire aussi: Sortie de l’alcool, Janet aide d’autres dépendants


Pourtant, cette rupture et sa solitude le marquent suffisamment pour qu’il se tourne, au bout de six mois, vers un groupe d’entraide de dépendants affectifs et sexuels. «J’ai compris que j’avais de la chance. J’étais face à des personnes qui avaient tout perdu. Moi, j’avais encore mon travail, et j’ai pu – au bout de longs mois d’introspection et d’excuses – avoir une deuxième chance avec ma femme.»

Après avoir passé au crible tout ce qu’il croyait constituer son identité, Paul a découvert une autre manière de vivre: «Avant, je pensais que la vie ordinaire – manger avec sa femme, regarder un film et aller dormir par exemple – c’était la mort. En apprenant ce que c’est qu’être fidèle, j’ai découvert des avantages innombrables. Ma première joie a été de rentrer du travail, d’être seul et de ne pas avoir envie d’utiliser ce temps pour envoyer un ou deux messages ambigus à des contacts. Je ne pourrais pas compter le temps perdu à rechercher une aventure.»

Sa peur de la solitude, il la calme grâce à la méditation. «Je suis capable de manger seul, sans collègue féminine, à la cafétéria. Avant, c’était inimaginable. Je me disais qu’on allait penser que j’étais trop nul, que j’avais raté ma vie. Dans mes aventures, il y avait de l’excitation, du fun, mais je n’étais pas vraiment heureux. Le bonheur, ce sentiment d’unicité, je l’ai découvert en renonçant au plaisir de l’addiction. Aujourd’hui, ma relation avec ma femme se développe et grandit. Jamais je n’échangerais ma vie actuelle pour celle d’avant.»

* Prénoms d’emprunt

Créé: 11.07.2019, 08h33

Articles en relation

«Je ne mangeais plus pour vivre, je vivais pour manger»

Addiction À 28 ans, Alexandra* est ce qu’il est commun d’appeler une belle fille. Pourtant, ce qualificatif qu’elle a si souvent entendu dans sa jeunesse ne l’aura pas aidée à surmonter son addiction à la nourriture, bien au contraire. Plus...

Sortie de l’alcool, Janet, 77 ans, aide d’autres dépendants

Addiction Après trente-sept ans d’abstinence, la conseillère en addictions est une figure respectée des personnes dépendantes en rémission à Genève. Elle reçoit en groupe ou en privé. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.