Institut de formation des maîtres: un second audit est demandé

EducationLa Commission des finances a saisi la Cour des comptes pour enquêter sur l’IUFE. La Fédération des maîtres monte aussi aux barricades

Uni Mail

Uni Mail Image: Laurent Guiraud

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Et encore une estocade portée à l’Institut universitaire de formation des enseignants genevois (IUFE)! Après le député UDC Thomas Bläsi lundi, c’est au tour de la Commission des finances du Grand Conseil de saisir la Cour des comptes, mercredi, pour faire la lumière sur le fonctionnement de cet Institut, comme l’a rapporté Decaprod. En particulier sur un point, détaille Jean Romain, député PLR. «Plusieurs sources font état d’un trou dans le budget de l’IUFE, entre 2011 et 2012. Celui-ci s’élèverait à 1 million de fr., comblé par le Rectorat, suite aux ambitions de l’ancien directeur de faire de l’IUFE un centre mondial de formation des enseignants. Je n’en sais pas plus, je n’accuse pas mais je demande qu’on éclaircisse ce point.»

Ce mercredi également, la Fédération des enseignants genevois (FEG) a tiré à boulets rouges sur l’IUFE. Dans sa ligne de mire, la même cible que Thomas Bläsi: «les passe-droits accordés aux écoles privées». 36 étudiants du privé fréquentent l’IUFE depuis cette année. Car pour faire passer les examens de maturité dans ses locaux, une école privée doit avoir des maîtres estampillés du sceau de l’IUFE. Un accord a été signé entre le Département de l’instruction publique (DIP), l’IUFE et la Fédération des écoles privées pour faciliter leur intégration. Le hic: «Il y a deux formes de sélections différentes pour entrer à l’Institut, l’une pour les étudiants du privé, une autre pour ceux du public, pour prétendre au final au même poste!» dénonce Jean-Paul Derouette, président de l’association d’étudiants de l’IUFE. Par exemple, des étudiants de biologie du privé ont pu entrer à l’Institut alors que cette formation est fermée à ceux du public. Et vingt maîtres de l’école privée Moser ont intégré directement la deuxième année grâce à la validation de leur expérience professionnelle entre autres. «C’est une voie bis qui fait fi des règlements! accuse Raphaël Fornallaz, de la Fédération des associations de maîtres du cycle. C’est une république bananière où le règlement n’est pas le même pour tous.»

Développement dans nos éditions payantes du jeudi 16 octobre (TDG)

Créé: 15.10.2014, 19h29

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Grève: le congé accordé aux femmes par la Ville fait débat
Plus...