Installé en Valais, Éric Stauffer promet la lune

DéménagementRetiré de la politique, le Genevois veut installer une «très grande industrie» active dans la pharma, avec 400 emplois à la clé.

Éric Stauffer se fait discret depuis la déroute de son ancien parti, Genève en marche, aux élections genevoises.

Éric Stauffer se fait discret depuis la déroute de son ancien parti, Genève en marche, aux élections genevoises. Image: Lucien FORTUNATI

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Éric Stauffer en Valais? La rumeur courait depuis des semaines, elle a été confirmée lundi par l’intéressé au micro de Rhône FM. Le Genevois et sa famille ont quitté le bout du Léman pour un «petit hameau de montagne sur les hauteurs de Sion». «Nous venons d’acquérir un magnifique chalet avec une vue imprenable sur la vallée du Rhône», a-t-il confié. Et ce n’est pas une résidence secondaire. «C’est vraiment pour y vivre! Nous sommes en train de voir pour les écoles parce que j’ai un enfant qui va fêter ses 13 ans.»

Genève, c’est donc fini. La politique aussi. «C’est vraiment une page qui se tourne», a assuré le fondateur du Mouvement citoyens genevois, puis de Genève en marche, qui a subi une défaite cuisante lors des récentes élections cantonales. «Je n’ai pas à rougir de mon bilan. Je pense que je sors la tête haute. J’ai modifié un certain concept de politique sur le canton de Genève. Je suis malgré moi entré dans l’histoire de la politique genevoise parce que ce que j’ai réalisé en treize ans, ce n’est jamais arrivé.»

«C’est vraiment une page qui se tourne»

En revanche, l’infatigable entrepreneur a de grandes ambitions dans le domaine économique. «J’ai un mandat pour installer une très grande industrie dans le domaine pharmaceutique en Suisse. Je pense que dans les prochaines semaines je prendrai contact avec quelques ministères valaisans, pour voir s’il y a un intérêt.» Il articule même le chiffre de 400 emplois créés en dix-huit mois.

«Sorti du circuit»

Ce projet a-t-il un lien avec la société Global Medpharma Consulting (GMC), inscrite au Registre du commerce genevois en 2017? «Peut-être, peut-être pas», répond Éric Stauffer, à qui nous avons pu brièvement parler par téléphone. Il n’a pas été facile à joindre. Depuis la déroute de son ancien parti le 15 avril dernier, il a changé de numéro et disparu des réseaux sociaux. Lorsque nous l’avons eu au bout du fil, il est apparu détendu, mais n’a pas voulu en dire plus qu’à la radio. «Je suis sorti du circuit. Je sais qu’il y a des gens qui me cherchent, je reçois des e-mails, mais je ne réponds pas.»

Le but de GMC est «l’achat, la vente, la commercialisation, la gestion et les acquisitions de sociétés dans le domaine pharmaceutique et de la santé à l’international, avec expertises, conseils et assistance en matière de gestion de sociétés en Suisse et à l’étranger, ainsi qu’en matière d’expertise pharmaceutique (distribution et fabrication de médicaments)». Outre Éric Stauffer, on trouve notamment parmi les administrateurs le Brésilien Eduardo Sonoda, qui faisait partie des donateurs de Genève en marche.

Quatre cents emplois, voilà en tout cas de quoi réjouir le chef du Département de l’économie valaisan, non? «Cela paraît assez miraculeux, mais si Éric Stauffer prend contact avec mon équipe, évidemment que je le recevrai et que je l’écouterai comme n’importe quel porteur de projet», réagit Christophe Darbellay. Pour le reste, le ministre PDC souligne que le Genevois a le droit de s’établir où il veut et qu’il est le bienvenu en Valais. «Il sera un peu moins sous le brouillard.»

Créé: 28.05.2018, 18h55

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Maudet s'oppose au budget 2020
Plus...