Passer au contenu principal

L’aéroport de Genève supprime les badges visiteurs

Jusqu'à nouvel ordre, seuls les employés accèdent au tarmac. L’aéroport, la gare, et les commerces font l’objet d’une extrême vigilance.

Des policiers patrouillent dans l'aérogare.
Des policiers patrouillent dans l'aérogare.
Keystone

«On a lu qu'il y avait des menaces d'attentat à Genève, lâchait inquiète, cet après-midi une jeune employée d'un commerce de la gare Cornavin. On n'en sait pas plus, c'est pour le moins inquiétant que nous ayons appris cela par la presse et non par notre employeur.» Même perplexité chez certains employés des CFF, qui n'ont reçu aucune consigne particulière. «L'information est, semble-t-il tombée en fin de matinée et les choses ne semblent pas claires, temporise une caissière d'un bureau de change. Mais il est vrai que tout ce qui se passe n'est pas rassurant.»

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.