L’initiative sur la traversée de la rade roule en tête

Sondage lecteursSi la votation avait eu lieu la semaine passée, l’initiative UDC en faveur de la traversée de la rade aurait été soutenue par 53% de nos lecteurs. 34% auraient voté non et 13% auraient été indécis.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

L’initiative de l’UDC sur la traversée de la rade est-elle en passe de convaincre les électeurs? Elle a déjà séduit une majorité du Cercle des lecteurs de la Tribune de Genève. Notre sondage indique en effet que 53% des lecteurs sondés la soutiennent. 34% la refuseraient, pendant que les indécis «pèsent» environ 13%.

Rouler enfin au centre

Quelles sont les causes de ce soutien? 61% des sondés espèrent que l’infrastructure améliorera le trafic au centre-ville. Parmi eux, 12% sont certains d’un impact totalement positif, tandis que 49% pensent que l’amélioration ne sera que partielle. A l’inverse, 39% des personnes interrogées sont dubitatives. Parmi elles, 26% jugent que l’impact sera mineur et 13% qu’il sera inexistant. A noter que la part des opposants purs et durs au projet est à peu près égale à celle de ses partisans les plus béats

On remarquera aussi que, si 61% des sondés pensent que l’impact de la traversée sera positif pour la mobilité au centre-ville, ils ne sont «que» 53% à dire qu’ils voteront en sa faveur. La question du coût de l’infrastructure, entre 600 millions et 1,5 milliard ou les diverses questions techniques actuellement débattues sont probablement passées par là.

Tabac pour la traversée du lac

Paradoxalement, si le 28 septembre, on votait sur la traversée du lac située plus au large et non sur celle de la rade, le score d’acceptation serait triomphal (67%). Sur ce projet précis, l’opposition s’effondre à 18%, même si les indécis restent relativement nombreux (16%). C’est un point de bon augure pour l’initiative du PLR, du PDC et de la Chambre de commerce lancée au début de septembre. Que se passerait-il maintenant pour la traversée du lac si celle sur la rade était acceptée? Le projet sauverait probablement sa peau, mais sans certitude. En effet, le taux d’acceptation diminue de 67 à 49%, tandis que l’opposition passe de 18 à 32%. Là encore les indécis sont nombreux (19%).

A noter en passant que les projets ne sont pas du tout les mêmes. La traversée du lac est nettement plus chère, mais aurait un impact positif sur le trafic. Elle ne serait toutefois pas construite avant 2040, alors que la traversée de la rade devrait voir le jour d’ici 2021 affirme l’initiative UDC. Un horaire rapide qui semble peu réaliste, de l’aveu même du TCS, qui soutient malgré tout le projet.

Tailler dans les investissements

La construction de la traversée de la rade reviendrait à environ 1,2 milliard selon le Conseil d’Etat. Cette dépense aurait un impact sur les autres investissements prévus, estiment 68% des sondés. Mais c’est encore à voir car l’impact serait seulement «probable» pour 42% d’entre eux, et clair et net pour 26%. A l’inverse, 32% de nos sondés se montrent plus optimistes. Parmi eux, 4% pensent même qu’il n’y a aucun risque que la traversée de la rade mette en péril d’autres investissements…

Les pessimistes ont hélas plutôt raison. Car le Canton prévoit de dépenser environ 600 à 700 millions par an pour ses investissements, guère plus. Il faudra donc faire des choix parmi les projets qui ont déjà été votés. D’autre part, la loi sur le frein à l’endettement comprend depuis peu un volet visant à limiter l’endettement via les investissements. A partir d’un certain niveau de dette, elle augmente le nombre de voix nécessaires au Parlement pour voter tout nouvel investissement. Reste naturellement la possibilité d’augmenter les impôts et/ou de diminuer les dépenses sur d’autres postes du budget de fonctionnement.

La campagne continue

Alors, le vote du 28 septembre est-il plié? Non. D’abord, ce sondage a été réalisé entre la fin d’août et le 8 septembre. Les indécis sont ensuite encore relativement nombreux. L’expérience démontre qu’ils se déclarent en majorité pour le statu quo lorsqu’ils se décident finalement à voter. Enfin, la marge d’erreur du sondage atteint 6%. Il n’en reste pas moins que les partisans de la traversée de la rade, pour l’heure, semblent avoir pris l’ascendant sur les opposants.

Modalités du sondage auprès du Cercle de nos lecteurs

Réalisé en ligne, le sondage a été effectué auprès des lecteurs de la «Tribune de Genève» affiliés au Cercle des lecteurs. 414 lecteurs ont participé à l’opération, mais seuls 286 avis ont été pris en considération. En effet, l’échantillon retenu doit correspondre statistiquement au lectorat du journal.

A noter que notre lectorat est statistiquement plus proche, notamment en âge, des votants effectifs, notamment de ceux qui ont pris part à l’élection du Grand Conseil en 2013, que du corps électoral pris dans son ensemble. Par exemple, le Corps électoral compte 25% de personnes âgées de 18 à 34 ans. En octobre 2013, 14,9% se sont rendus aux urnes. Cette tranche d’âge représente 21% de notre lectorat. Au milieu, les 35-54 ans, représentent 33,3% du Corps électoral, 32% des votants en octobre 2013 et 33% de nos lecteurs. Les votants potentiels de 55 ans et plus représentent enfin 41,4% du Corps électoral, mais 53% des votants en 2013. Ils sont 46% de nos lecteurs.

Ces éléments expliquent pourquoi les sondages réalisés jusqu’ici par le Cercle de lecteurs de la «Tribune de Genève», même s’ils doivent être pris avec des pincettes, sont relativement prédictifs. Ainsi, en 2011, un sondage auprès de nos lecteurs donnait un taux d’approbation du mercredi matin à l’école à 69%. Ce fut en réalité à 65%. En 2012, c’était la large élection de Pierre Maudet à la partielle l’opposant à Anne Emery-Torracinta et à Eric Stauffer qui était pronostiquée. L’an passé, un nouveau sondage indiquait comme vraisemblable l’élection de quatre représentants de l’Entente au Conseil d’Etat et donnait six élus sur sept. Ces coups de sonde, cependant, ne sont que des sondages. Celui-ci a été réalisé entre le 28 août et le 8 septembre. Sa marge d’erreur atteint 6%. Les indécis sont ensuite relativement nombreux et l’expérience démontre qu’ils se déclarent en majorité pour le statu quo lorsqu’ils se décident finalement à voter. Enfin, la mobilisation particulière de tel ou tel groupe, par exemple les moins de 35 ans, peut faire basculer le résultat.

Accéder à notre dossier multimédia:

(TDG)

Créé: 16.09.2014, 00h28

Articles en relation

Traversée de la rade: un remède contre les bouchons?

Grand débat public Mardi, la Tribune de Genève organise à Uni Dufour un grand débat public autour de la votation du 28 septembre. Plus...

La traversée de la rade «menacerait l’approvisionnement en eau potable»

Votation du 28 septembre Le tracé franchit la  nappe phréatique et entre en conflit avec le pompage de  l’eau du lac. Plus...

La Ville et l’Etat torpillent la  traversée de la rade

Votation du 28 septembre Les Exécutifs communal et cantonal font front commun contre l’initiative de l’UDC. Plus...

L'initiative de l'UDC «pour une traversée de la rade» divise la population genevoise

Votations Le projet alternatif soumis par le PDC et le PLR, qui propose la création d'une autoroute de contournement, continue à alimenter le débat. Plus...

L'UDC, avec ses alliés, loue les mérites de son initiative pour une traversée de la rade

Votation du 28 septembre Les tenants du texte dénoncent le caractère chimérique d'une traversée du lac, telle que la promeut un gouvernement, accusé de mentir. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Papyrus: les régularisés gagnent plus et vont mieux que les illégaux
Plus...