Passer au contenu principal

«Inadmissible que des handicapés soient abandonnés dans une ville comme Genève!»

Une centaine de personnes ont réclamé, mardi à la place Neuve, des places dans des institutions spécialisées.

Rassemblement de solidarité à la place Neuve en faveur des personnes handicapées.
Rassemblement de solidarité à la place Neuve en faveur des personnes handicapées.
Laurent Guiraud

Ils avaient déjà exprimé leur colère vendredi (nos éditions des 12-13 septembre). Ils sont descendus mardi dans la rue pour sortir de l’ombre et de l’anonymat afin de faire valoir les droits de leurs enfants, en situation de handicap. Ils, ce sont tous ces parents qui n’acceptent plus d’attendre des mois, voire des années, qu’une place se libère dans une institution spécialisée. «Il en manque entre 139 et 220», ont rappelé sur la place Neuve Cyril Mizrahi, président de la Fédération genevoise des associations de personnes handicapées et de leurs proches (FéGAPH), et Augusto Cosatti, président d’insieme-Genève, association de parents et d’amis de personnes mentalement handicapées. Une place recouverte de deux toiles blanches avec inscrit en rouge sang «Handicapés, pas de place».... symbole d'une plaie qui ne cicatrise pas.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.