«C'est un immense bonheur pour l'Université de Genève»

RéactionPour le recteur Yves Flückiger, le Prix Nobel attribué à Michel Mayor et Didier Quéloz récompense «une science ouverte et accessible à tous».

Yves Flückiger, recteur de l'Université de Genève, est ravi de l'attribution du Prix Nobel de physique à deux Genevois.

Yves Flückiger, recteur de l'Université de Genève, est ravi de l'attribution du Prix Nobel de physique à deux Genevois. Image: Georges Cabrera / Archives

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«C'est un immense bonheur. Pour les lauréats bien sûr, pour l'Université et pour Genève!» Yves Flückiger, recteur de l'Université de Genève, confie sa joie à la «Tribune de Genève», ravi de l'attribution du Prix Nobel de physique à deux Genevois, Michel Mayor et Didier Quéloz, récompensés pour la découverte de la première exoplanète, en 1995.

Ce prix est-il une surprise?
Pas totalement. Cela fait plusieurs années qu'on l'attendait. La physique a toujours été excellente à l'Université de Genève. Ce qui nous fait très plaisir, c'est que cette découverte récompense une démarche scientifique originale, qui a ouvert un champ extraordinaire pour la recherche et permis le développement de technologies aujourd'hui utiles dans la vie quotidienne. J'ajoute que Michel Mayor et Didier Quéloz sont deux immenses scientifiques, mais ils sont plus que cela. Ils représentent ce qu'on aimerait que la science soit: ouverte, accessible, fondée sur le partage. Récemment, Michel Mayor a participé à un MOOC sur les exoplanètes, accompagné d'un jeu vidéo proposant aux joueurs de découvrir à leur tour de nouvelles exoplanètes.

Savez-vous pourquoi ce prix arrive aujourd'hui?
Le Prix Nobel est rarement attribué dans les années qui suivent une découverte. Il faut du temps pour réaliser l'importance qu'elle a eue. Au fil des ans, Michel Mayor a accumulé un certain nombre de récompenses. Cela nous laissait penser que le Nobel pouvait arriver tôt ou tard. Une consécration, cela prend toujours du temps! Je trouve fabuleux qu'à deux ans d'écart, avec Jacques Dubochet en 2017 et Michel Mayor et Didier Quéloz aujourd'hui, ce coin de pays attire deux Prix Nobel. C'est un signal extrêmement fort envoyé par nos deux universités publiques, accessibles à tous les jeunes gens et situées à 60 km de distance. Nous construisons une réputation d'excellence ensemble.

Quelles seront les retombées pour la réputation et le financement de l'UNIGE?

La nouvelle tombe particulièrement bien, à l'égard du financement fédéral pour les années 2021 à 2024. Elle permet de montrer aux édiles et au public à quoi servent les subventions. L'investissement cantonal trouve ici une forme de récompense. Nous espérons bien sûr attirer de nouveaux financements et de nouveaux chercheurs, qui trouveront à Genève un contexte favorable pour développer leurs recherches. Nous espérons à ce propos que ce Nobel convaincra nos politiques de l'importance de la libre circulation des chercheurs et d'une politique d'ouverture des universités. Michel Mayor et Didier Quéloz ont obtenu beaucoup de financements européens, sans lesquels ils ne seraient peut-être pas devenus ce qu'ils sont devenus.

Allez-vous grimper dans les classements internationaux des universités?
L'attribution d'un Prix Nobel a en effet un poids important dans ce type de classements, spécialement celui de Shanghai. Nous allons consolider notre place dans le 1% des meilleures universités du monde. Nous accueillons cette nouvelle avec un grand bonheur, mais le rang dans ces classements n'a jamais été un objectif en soi – sinon nous ne recruterions que des scientifiques confirmés. C'est plutôt un résultat de notre travail au quotidien.

Créé: 08.10.2019, 14h22

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Le Conseil fédéral contre l'interdiction totale de la pub pour le tabac
Plus...