Les idées de l’Hepia inspirent Doris Leuthard

Avenir«Demain? La Suisse». Après avoir lancé un concours sur ce thème, la conseillère fédérale participait lundi à un atelier à Genève.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

A quoi ressemblera la Suisse en 2035? L’an passé, le Département fédéral de l’environnement, des transports, de l’énergie et de la communication (Detec) lançait un concours d’idées «Demain? La Suisse» à l’intention des hautes écoles. Lundi, un atelier était organisé autour du projet lauréat: Swisstopia, imaginé par les élèves de la Haute Ecole du paysage, d’ingénierie et d’architecture (nos éditions du 1-2.11.14) en présence de Doris Leuthard, conseillère fédérale en charge du Detec. Interview.

Pourquoi organiser ce concours était important pour vous?

En discutant au sein de mon département, nous avons réalisé que nous savions bien développer la Suisse: construire des routes, le rail, gérer l’énergie, se concerter avec les cantons. Mais quelle était la Suisse que nous voulions? Pour la dessiner, il fallait intégrer les jeunes générations à la réflexion afin qu’elles puissent s’exprimer sur leur futur, leurs besoins et les valeurs qui leur tiennent à cœur.

Une idée du projet Swisstopia vous a-t-elle davantage séduite?

Il y en avait beaucoup, mais je retiens ce qui touche à l’eau. L’eau va devenir un enjeu majeur au niveau mondial et la Suisse en est riche. L’intégrer dans l’aménagement du territoire, le tourisme, la vie quotidienne ou la production d’énergie sont des idées que nous pourrions réaliser.

La Ville de Genève est la plus dense de Suisse. Or les étudiants de l’Hepia rêvent de davantage de vie en commun et de nature. Que leur proposez-vous?

On peut vraiment aller dans cette direction mais cela nécessite une discussion. Peut-on étendre l’utilisation des ressources et des infrastructures existantes pour économiser de l’argent et investir là où se trouvent les besoins des jeunes? Et si on dispose d’un milliard de francs, comment le répartir selon les besoins? Chaque idée doit être discutée.

Etiez-vous surprise de voir tant d’idées venir d’étudiants plutôt que de politiciens?

Non, c’est parfois nécessaire. Nous, les politiciens, avons l’habitude de regarder ce que nous connaissons. Les étudiants, eux, viennent avec des idées nouvelles, a priori un peu folles, mais qui ont le mérite d’amener la réflexion sur des pistes innovantes et d’alimenter le débat de manière pluridisciplinaire.

Créé: 11.05.2015, 20h06

Articles en relation

Des étudiants genevois remportent un concours national

Aménagement La conseillère fédérale Doris Leuthard a invité cinq hautes écoles à imaginer la Suisse en 2035. L'Hepia a gagné la première place. Plus...

Paid Post

CallDoc, assuré malin et flexible
Bénéficiez de consultations médicales 24h/24, 7j/7 et faites des économies! Profitez du rabais de prime sur l’assurance-maladie de base. Demandez une offre maintenant.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Le Cycle genevois toujours aussi inégalitaire
Plus...