HUG: sursis accordé aux prestations Bien Naître

GenèveL’association et l’Hôpital ont évoqué plusieurs pistes pour maintenir le travail des sages-femmes indépendantes au sein de l’institution.

Une nouvelle rencontre aura lieu entre les sages-femmes de l’association et les responsables de la Maternité pour aborder les questions professionnelles.

Une nouvelle rencontre aura lieu entre les sages-femmes de l’association et les responsables de la Maternité pour aborder les questions professionnelles. Image: archives Pascal Frautschi

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Les membres de l’association Bien Naître sont soulagés. Lors d’une rencontre organisée la semaine passée avec des représentants de la Maternité des Hôpitaux universitaires de Genève (HUG), plusieurs pistes ont été évoquées pour maintenir le suivi personnalisé proposé par les sages-femmes indépendantes de l’association au sein de l’institution.

L’Hôpital avait récemment fait part de son souhait de mettre un terme à ces prestations pour des raisons de sécurité. «Les sages-femmes de Bien Naître pratiquent trop peu d’heures en milieu hospitalier pour offrir toutes les garanties de sécurité partagées par le reste de l’équipe, avait alors expliqué Olivier Irion, chef du Département de gynécologie et obstétrique aux HUG. Elles ne sont par exemple pas forcément au courant de tous les protocoles en vigueur ou des dernières technologies.» La réunion de la semaine passée fait suite à la pétition lancée par l’association au début de février, qui a récolté plus de 2000 signatures.

«C’était un échange constructif, nous avons pu présenter nos arguments en faveur des spécificités du suivi Bien Naître en tant qu’usagers d’un service public et parents ayant bénéficié de la prestation, rapporte Anjéla Aubert, membre du comité. Les postes actuels des sages-femmes ne sont pas directement remis en cause. C’est leur activité à un taux très partiel (8%) qui est au centre du débat.»

Une nouvelle rencontre est prévue entre les sages-femmes de l’association et les responsables de la Maternité pour aborder les questions professionnelles. «Les modalités de leur collaboration seront discutées lors de cet échange», précise Anjéla Aubert. Céline Garcin (TDG)

Créé: 03.03.2015, 09h18

Articles en relation

Les HUG ne veulent plus de sages-femmes indépendantes

Maternité Les professionnelles de l’association Bien Naître proposent aux couples des accompagnements personnalisés. Leurs postes sont menacés Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Inquiétude chez les employés de TAmedia
Plus...