Les HUG manquent cruellement de sang

Appel aux donneursLes stocks en O Négatif et A Négatif sont au plus bas après un week-end «compliqué», mais tous les groupes sont recherchés.

Genève est mauvaise élève en matière de don du sang. (Photo d'archives)

Genève est mauvaise élève en matière de don du sang. (Photo d'archives) Image: PIERRE ABENSUR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les Hôpitaux universitaires de Genève (HUG) recherchent urgemment des donneurs de sang. Le centre de transfusion sanguine (CTS) des HUG lance un cri de détresse depuis lundi sur son site et sa page Facebook. La pénurie touche particulièrement les stocks en sang O Négatif et A Négatif, suite à des hémorragies compliquées survenues le week-end dernier. Si les rhésus négatifs sont activement désirés, tous les groupes sanguins sont les bienvenus.

Cette pénurie est due à une réserve toujours «sur le fil» et à quatre raisons bien précises. Outre son bassin de population, les HUG accueillent chaque année des patients hors canton pour des opérations complexes, en particulier des polytraumatisés. La distribution de sang O- permet une transfusion dans l’urgence d’un sang universellement compatible.

Autre cas de figure: les transplantations. «Lors de greffes de moelle osseuse ou de cellules-souches, par exemple, le patient va changer de groupe sanguin», explique Sophie Waldvogel, médecin responsable du CTS. Des stocks du groupe O- sont aussi privilégiés par prudence dans des laboratoires externes aux HUG qui possèdent un petit stock de sang. Ce précieux sang est, enfin, utilisé lors de la prise en charge de patients atteints de drépanocytose, une maladie héréditaire liée à une anomalie de l’hémoglobine.

Achat de sang indispensable

«Seul 14% de la population en Suisse a un sang de rhésus négatif, alors que nous en distribuons dans plus de 20% des cas. Nous n’avons continuellement en stock qu’une cinquantaine de poches de sang O- (ndlr: donneur universel). Il suffit qu’un polytraumatisé soit pris en charge et qu’un patient réellement O- doive être transfusé pour que nos réserves soient à plat», commente la médecin Sophie Waldvogel.

Si la Suisse est autosuffisante en sang, Genève ne l’est pas. «Cette semaine, nous avons été aidés par Neuchâtel et Fribourg, qui nous ont fourni des poches de sang en urgence», précise Sophie Waldvogel. En 2018, ce sont 3700 poches qui provenaient de l’extérieur du canton. Aucun achat n’est par contre effectué hors de Suisse.

Perte de donneurs

Entre 2013 et 2018, le centre a perdu 3483 dons, alors que les besoins en sang augmentent. En 2018, 15 507 prélèvements ont été distribués contre 15 226 en 2017. Rien que depuis octobre 2018, le centre a déjà perdu près de 400 dons. Les campagnes de sensibilisation se poursuivent pour encourager les Genevois à donner leur sang et, dans l’idéal, de manière régulière.

«Dans l’esprit de beaucoup de jeunes notamment, il existe des médicaments qui remplacent les besoins en sang, mais c’est faux, il reste indispensable!» insiste la médecin Sophie Waldvogel.

Concernant les plaquettes, les HUG ont essuyé une pénurie sévère en août 2018, mais l’approvisionnement en 2019 est plutôt «stable et suffisant», note la médecin, qui reste toutefois sur ses gardes: «Il faut peu de chose pour que tout bascule.»

Créé: 07.11.2019, 07h12

Critères stricts pour devenir donneur

L’envie d’être donneur est pour beaucoup présente, mais encore faut-il remplir la liste de critères sévères édictés par Transfusion CRS Suisse, sécurité oblige. Un formulaire de 19 questions les détaille. Il faut être âgé de 18 à 60 ans (jusqu’à 75 ans pour les donneurs réguliers), peser plus de 50 kg et ne pas avoir changé de partenaire sexuel au cours des quatre derniers mois. Il ne faut pas être porteur des virus du sida, de l’hépatite B ou C et de l’agent de la syphilis. Les hommes qui ont des relations avec des hommes peuvent également donner leur sang depuis 2017, mais uniquement s’ils sont abstinents depuis un an.

Le tatouage ou le piercing n’est pas un critère définitif d’exclusion, sauf s’ils datent de moins de quatre mois. Après un accouchement, les mères doivent attendre au moins un an. Les personnes ayant fait le vaccin contre la grippe devront patienter deux jours.

Un homme peut donner son sang quatre fois par année, contre trois fois pour une femme. Il faut compter une heure entre le début et la fin du don (collation offerte comprise).

Les personnes intéressées doivent prendre rendez-vous au Centre de transfusion sanguine au 022 372 39 01. Accueil les lundis et jeudis de 11 h à 19 h, les mardis, mercredis et vendredis de 7 h 30 à 15 h. Les premiers et troisièmes samedis du mois, de 8 h 30 à 12 h. Dès le 20 janvier 2020, l’horaire du lundi uniquement change (7 h 30-15 h). L.F.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Braquage: La Poste renonce aux transports de fonds
Plus...