Passer au contenu principal

«L’Hospice ne doit pas devenir une machine à chèques»

Depuis le 1er juin, Christophe Girod est le nouveau directeur de l’institution genevoise. Il nous fait part de ses préoccupations.

Christophe Girod: «La mission de l’Hospice est d’accompagner les gens vers l’autonomie et de les réinsérer sur le marché du travail.»
Christophe Girod: «La mission de l’Hospice est d’accompagner les gens vers l’autonomie et de les réinsérer sur le marché du travail.»
Olivier Vogelsang

Depuis le 1er juin, l’Hospice général a un nouveau directeur: Christophe Girod. L’homme connaît la maison. Il a dirigé pendant près d’un an l’aide aux requérants d’asile. Un atout dans la mission qu’il devra accomplir. Auparavant, il a effectué une longue carrière au CICR. Des défis de taille attendent le quinquagénaire dans ses nouvelles fonctions. Le nombre de demande d’aide sociale ne cesse d’augmenter et les foyers de requérants d’asile sont au bord de l’explosion. Quelles sont les priorités du nouveau directeur?

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.