Passer au contenu principal

Les homosexuels âgés ne veulent pas retourner au placard

L’association 360 a organisé une journée d'étude à Uni Mail sur le vieillissement des personnes LGTB.

Les Babayagas: ce groupe pour les femmes seniors lesbiennes au sein de l'association 360. L'image ci-dessus est celle retenue par les femmes pour illustrer leur groupe.
Les Babayagas: ce groupe pour les femmes seniors lesbiennes au sein de l'association 360. L'image ci-dessus est celle retenue par les femmes pour illustrer leur groupe.
DR

«On passe une partie, voire toute sa vie à se cacher et il faudrait retourner au placard à ses vieux jours», redoute un homosexuel d'âge mur. Après avoir fait son coming out, il compte bien finir sa vie en homme libre.

Cette inquiétude, beaucoup de personnes LGBT (lesbiennes, gays, bisexuels et transgenres) la partage. Elle vient de faire l'objet d'une journée d'étude organisée à Uni Mail par l'association 360 qui oeuvre à l'inclusion des personnes quelle que soit leur orientation sexuelle. Un enjeu d'autant plus important alors que le canton compte entre 4000 et 8000 aînés LGBT - beaucoup n'osent toujours pas s'afficher ainsi - et qu’ils devraient être 15000 en 2040.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.