Passer au contenu principal

A l’hepia, le solaire sert de cobaye aux étudiants

Une vingtaine de panneaux sert de laboratoire. Elle pourrait aussi permettre d’alimenter les micro-ondes de l’école.

Les derniers panneaux photovoltaïques de l’Hepia ont été installés sur son toit il y a quelques mois.
Les derniers panneaux photovoltaïques de l’Hepia ont été installés sur son toit il y a quelques mois.
DR

Les panneaux solaires colonisent petit à petit les toits genevois et ils sont en train de fleurir sur le sommet de la Haute école du paysage, d’ingénierie et d’architecture (hepia). Grâce à une vingtaine de panneaux — dont les derniers ont été installés il y a quelques mois —, les étudiants de la filière en Technique des bâtiments peuvent mettre la théorie en pratique. «Cela permet aux élèves d’effectuer des mesures sur des cas concrets, par exemple sur l’efficience de panneaux orientés au nord, et de mieux comprendre les liens entre urbanisme, gestion énergétique et environnement, explique José Boix, responsable de la filière Technique des bâtiments. C’est un véritable projet pédagogique.»

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.