Hani Ramadan tient un discours à l’ECG

RéunionUne journée dédiée à l’aide humanitaire en Palestine, avec prière et lecture du Coran, s’est tenue à l’École de culture générale Henri-Dunant. Le Conseil d’État genevois sera interpellé.

Hani Ramadan

Hani Ramadan Image: Georges Cabrera / Archives

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Dimanche 14 avril dernier, une journée visant à récolter des fonds pour faciliter l’accès à l’eau potable en Palestine s’est tenue dans une salle de l’école de commerce Henri-Dunant. Parmi les intervenants, l’ancien professeur Hani Ramadan, licencié par l’État de Genève en 2002 notamment pour ses propos sur la lapidation. Il a tenu un discours et des actes religieux ont ponctué le programme de cette journée de solidarité. Le Conseil d’État genevois sera prochainement sollicité sur cet événement, organisé par le Centre islamique et la Fondation secours humanitaire (FSH) .

La plupart des activités proposées lors de cette manifestation étaient dédiées aux familles, avec spectacles et ateliers divers. Mais sur le programme de l’événement, plusieurs points apparaissent comme étant clairement liés au religieux. Une lecture du Coran, une invocation, mais aussi un discours de Hani Ramadan, directeur du Centre islamique de Genève (CIG). Que contenait ce dernier? Le responsable n’a pas répondu à nos sollicitations, tout comme le CIG.

L’État, propriétaire des locaux, était-il au courant de cette manifestation et de ses aspects religieux? «La location a été faite au nom d’une fondation humanitaire et ne comportait pas de mention d’événements à caractère religieux, explique Roland Godel, porte-parole du Département des infrastructures (DI). Ce n’est pas M. Hani Ramadan qui a fait la location.» En effet, la réservation des salles appartenant à l’État se fait via un système automatique en ligne. Des centaines de lieux sont ainsi loués chaque année.

La veille de l’événement, alerté par un journaliste sur le caractère potentiellement religieux de l’événement, le DI demande «une observation attentive sur place par la société de sécurité» mandatée sur place. «Son rapport indique que rien de particulier ou de religieux n’a été observé lors de cette manifestation», poursuit Roland Godel. «Il semble bien que tout se soit déroulé dans le calme, sans prosélytisme ni «dérapages» verbaux. En effet, nous n’aurions pas accepté de louer un local public dans une école pour une manifestation religieuse.» Or, le responsable de la Fondation a confirmé à deux reprises au «Courrier» la tenue d’une prière et de lecture du Coran, traditionnellement effectuées lors de cette journée.

Choqué par la tenue de la manifestation dans un bâtiment scolaire, le député PLR Simon Brandt déposera une question écrite lors du prochain Grand Conseil. «En 2016, le DIP affirmait que «les positions publiques de Monsieur Ramadan sont incompatibles avec les valeurs et la mission de l’école publique». Celles-ci sont-elles devenues entretemps compatibles? se demande l’élu. Comment peut-on ainsi admettre l'accueil d'une telle manifestation dans des locaux scolaires?» Le député souhaite notamment savoir si la conseillère d’État chargée du DIP, Anne Emery-Torracinta, a été mise au courant de cette information.

Créé: 09.05.2019, 07h55

Articles en relation

Hani Ramadan: «On veut me diaboliser»

Interview Le directeur du Centre islamique de Genève entretiendrait des relations avec le terrorisme. Il réfute ces accusations. Plus...

Paris gèle les comptes du Genevois Hani Ramadan

Suisse Le gouvernement français a décidé de geler les avoirs de l'islamologue suisse controversé Hani Ramadan, frère de Tariq Ramadan. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Regula Rytz vise le siège d'Ignacio Cassis
Plus...