Passer au contenu principal

Hani Ramadan reste interdit de séjour en France

Le recours du directeur du Centre islamique de Genève contre son interdiction de territoire est rejeté.

Photo d'archive. L'islamologue Hani Ramadan a vu son recours rejeté par la justice française.
Photo d'archive. L'islamologue Hani Ramadan a vu son recours rejeté par la justice française.
Georges Cabrera/Tribune de Genève

Les arguments de l’islamologue Hani Ramadan n’ont pas convaincu le Tribunal administratif de Paris. La justice française a rejeté cette semaine le recours du directeur du Centre islamique de Genève contre son interdiction d’entrée et de séjour en France datée du 7 avril 2017. Le Genevois avait été reconduit à la frontière le 8 avril, après une conférence donnée à Colmar. Le Ministère français de l’intérieur indiquait à l’époque que Hani Ramadan «est connu pour avoir dans le passé adopté un comportement et tenu des propos faisant peser une menace grave sur l’ordre public sur le sol français». L’actuel ministre de l’Intérieur, Gérard Collomb, a conclu au rejet de la requête du Genevois par un mémoire en défense le 5 septembre, indique par ailleurs le Tribunal.

L’arrêté a beau lui avoir été notifié alors qu’il se trouvait sur le territoire français, il n’y a pas de vice de procédure selon la justice. Hani Ramadan objectait également que les propos qui lui sont attribués «sont anciens». Mais un tweet après l’attentat de Barcelone du 17 juillet atteste de sa persistance à «proférer des commentaires de nature à alimenter les théories conspirationnistes», décrit le tribunal.

Ses libertés d’expression et de réunion ont-elles été restreintes de manière «excessive»? Non, selon la décision de justice. Cette mesure peut faire l’objet d’une demande de levée. En d’autres termes, son interdiction de territoire n’est pas définitive. Les rapporteurs ne reconnaissent aucune erreur de fait ou d’appréciation et estiment que l’atteinte portée à ces libertés «n’est pas disproportionnée au regard de l’objectif d’ordre et de sécurité publics».

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.