Hani Ramadan défend son frère Tariq

ConférenceLe directeur du centre islamique dénonce «l’emprisonnement injuste» de son frère.

Samedi, Hani Ramadan a donné une conférence,

Samedi, Hani Ramadan a donné une conférence, "Islam et laïcité, deux doctrines qui s'affrontent?", au Centre Islamique de Genève, à la rue des Eaux-Vives. Image: Georges Cabrera

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Hani Ramadan n’en doute pas: son frère est innocent et ce qui lui arrive est un scandale. Samedi soir, lors d’une conférence tenue sur le thème «Islam et laïcité», le directeur du Centre islamique de Genève a évoqué le cas de Tariq Ramadan, accusé de viols et placé en détention provisoire en France depuis début février «de façon tout à fait injuste», selon lui.

Retransmise sur Facebook, la conférence se tenait au centre des Eaux-Vives devant un public acquis d’environ 25 personnes. «Tariq Ramadan est victime d’une campagne médiatique calomnieuse», a lancé l’orateur, pointant ceux qui sont «convaincus qu’à force de répéter un mensonge, il deviendra vérité. Mais la vérité finira par triompher. Il est grave d’accuser un innocent.» Selon Hani Ramadan, le maintien en détention de son frère repose sur «des prétextes fallacieux».

Rappelons que Tariq Ramadan a été mis en examen pour deux viols, l’un en 2009, l’autre en 2012. Sa détention provisoire a pour but d’éviter le risque de fuite de ce ressortissant suisse et de pressions sur les plaignantes. Disant souffrir – notamment – de sclérose en plaques, Tariq Ramadan a demandé sa libération, que la Cour d’appel de Paris a refusée jeudi.

Le risque de fuite? «Tariq n’a pas l’intention de fuir, il s’est présenté lui-même à la justice», argue Hani Ramadan. La contrainte qu’il pourrait exercer sur les plaignantes? «C’est aberrant. Cela pourrait se retourner contre lui. Il doit sortir de prison car il est malade et innocent. Mais ce n’est pas à lui de le prouver. Dans un Etat de droit, la preuve est à la charge du plaignant.»

Que faire? Pour Hani Ramadan, il faut d’abord «demander à Dieu qu’il le libère, qu’il le guérisse» puis «mener des actions». Renvoyant à la campagne «Free Tariq Ramadan», il appelle à «participer à des pétitions, à relayer l’information, à apporter une aide matérielle pour les frais d’avocats». Le prédicateur appelle également à poursuivre le travail et à diffuser la pensée de son frère, par ses cassettes et ses conférences. Ajoutant: «On ne peut pas fonder une position sur des doutes. Il est ahurissant d’observer que des femmes qui se sont concertées peuvent dire qu’elles ont été soi-disant violées et que cela suffit pour faire entrer un homme en prison, sans preuves tangibles.»

Enchaînant avec sa conférence, Hani Ramadan rappelle qu’il est lui-même interdit d’entrée en France, pour avoir tenu des propos «hostiles à la laïcité». Une transition parfaite pour critiquer une certaine forme de laïcité, incompatible avec l’islam selon lui.

Créé: 25.02.2018, 17h00

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Dons d'organes: le Conseil Fédéral veut le consentement des proches
Plus...