Quand la guerre s’affiche

Histoire 14-18A la Bibliothèque de Genève, retour sur le rôle de l’affiche durant le premier conflit mondial.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Elles fleurissent dans les rues de nos cités à l’occasion des votations. Les affiches font partie de notre quotidien visuel. Cet art ne date pas d’hier. En témoigne le travail de l’historien Jean-Charles Giroud. L’ancien directeur et conservateur de la collection d’affiches de la Bibliothèque de Genève a inauguré courant janvier un nouveau cycle de conférences des Jeudis midi de l’affiche. Ce premier rendez-vous se penchait sur la période de la Première Guerre mondiale.

Appuyant son propos sur de nombreux exemples diffusés sur grand écran, Jean-Charles Giroud revient sur ce qu’il qualifie lui-même d’«art de la manipulation». Si l’affiche illustrée fait son apparition en Europe en 1880-1890, «la Première Guerre mondiale constitue un chapitre à part entière de son histoire. Puisqu’elle va générer une véritable guerre iconographique.» La Suisse, bien que neutre, n’échappe pas à ce constat.

Retour à l’aube du XXe siècle. «A cette époque, l’affiche se sent pénétrée d’une mission: créer une Suisse unie autour des valeurs fédérales.» Les thèmes patriotiques ont la cote. Guillaume Tell est une figure récurrente. Les affiches faisant la promotion des commémorations sont légion. L’héroïsation de l’armée participe du même processus (illustration No 1).

Sur le terrain, les soldats helvètes sont postés à la frontière. «Attentifs à ce qui se passe autour», résume Jean-Charles Giroud. En 1914, l’invasion de la Belgique suscite l’émoi. Et inspire Maurice Barraud (2). Tandis que le conflit agite l’Europe s’ouvre une période trouble pour la Suisse. En résumé: «La Suisse romande prend fait et cause pour la France et la Suisse alémanique pour l’Allemagne.» Emil Huber, qui travaille aussi pour l’Allemagne, choisit clairement son camp. Cette division va aussi se traduire sur le plan culturel. «Les pays belligérants envoient leurs artistes en pays neutre, et donc en Suisse.» La venue de ces ambassadeurs est bien entendu accompagnée de campagnes d’affichage. Une exposition de dessins français du front tourne en Suisse romande; Forestier signe une affiche pour une soirée «chansons de France», à Genève. Outre-Sarine, on loue au contraire les talents de troupes de théâtre ou encore de chefs d’orchestre allemands ou autrichiens (3), tel Wein­gartner. Plus tard, le grand affichiste Otto Baumberger fera son autocritique. «Il a admis qu’en vantant ainsi les artistes d’un pays belligérant, lui et ses confrères étaient dans la collaboration.»

Pour éviter l’éclatement de la Suisse, l’unité est à nouveau prônée à travers la glorification de l’armée. D’où le film de commande intitulé sobrement L’armée suisse. Pour le promouvoir, Georges Darel «renoue avec la tradition de l’affiche patriotique» (4), selon les mots de Jean-Charles Giroud.

Après la guerre s’ouvre une nouvelle période pour l’affiche. L’objectif: effacer les années de division (5). Les thèmes patriotiques reviennent alors sur le devant de la scène, «comme si de rien n’était», conclut Jean-Charles Giroud.

Créé: 04.02.2016, 18h09

Rendez-vous à venir

Les Jeudis midi de l’affiche se tiennent le jeudi à 12?h?15 à l’Espace Ami Lullin de la Bibliothèque de Genève, promenade des Bastions 1. A venir:

11 février «Le cinéma s’affiche à Genève», par Didier Zuchuat, administrateur des Ciné 17 et Cinérama Empire.

10 mars «Exem et Herbez au pays des affiches».

14 avril «L’ouvrier à l’affiche? Une iconographie suisse», par Simon Roth, bibliothécaire scientifique et responsable de la Documentation valaisanne.

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Maudet s'oppose au budget 2020
Plus...