«Le plus gros défi du CICR est d'accéder aux zones de conflits»

Genève.CH depuis 1815Le président du CICR Peter Maurer admet l'obligation qu'a son organisation d'«être productive».

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Un retour aux sources. Mardi, Peter Maurer est revenu dans la ville qui l'a vue naître, Thoune, au bord de l'Aar, à l'occasion de la deuxième étape du tour de Suisse de la caravane genevoise. Le président du Comité international de la Croix-Rouge (CICR) revient sur les principaux défis de l'organisation basée à Genève.

Le budget du CICR n'a jamais été aussi important. Or il ne faut pas s'en réjouir...

Oui ce n'est vraiment pas bon signe. C'est le reflet de la multiplication, ces dernières années, des conflits et des besoins qui en découlent. Depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, jamais nous n'avions eu autant de réfugiés et de personnes déplacées. La guerre civile en Syrie s'est transformée en conflit régional, l'Ukraine est devenue l'une de nos plus grosses opérations, la région du Sahel vit de nombreuses séquences guerrières: Mali, Niger, Nigeria, Tchad, Libye... Il y a cinq ans, nous n'avions pas tous ces problèmes.

Quel est le plus gros défi auquel fait face le CICR aujourd'hui ?

Celui de négocier l'accès aux zones de conflits avec les parties belligérantes. Souvent, nous éprouvons les pires difficultés à pouvoir venir en aide aux populations civiles ou aux prisonniers. Une fois que la négociation a abouti, l'intendance suit.

Notre tâche n'est pas de nous préoccuper de l'origine du conflit ou de sa résolution, mais de mitiger ses effets sur la vie des populations. Neutralité. Impartialité. Indépendance. Nous ne sommes pas là pour faire de la politique. Hélas, je constate que la communauté internationale ne parvient pas à gérer les conflits et à trouver des solutions qui soient viables. C'est le cas en Ukraine, par exemple, où des grands Etats comme la Russie, la France, les Etats-Unis ou encore l'Allemagne sont impliqués.

La comptabilité du CICR est aux Philippines et son système informatique sera bientôt géré depuis Belgrade. Le siège du CICR restera-t-il toujours à Genève ?

Comme toute grande entreprise multinationale dans un monde désormais globalisé, nous avons l'obligation d'être productif. D'être le plus bon marché possible. C'est pourquoi nous avons déplacé certaines fonctions administratives dans d'autres pays où cela coûte moins cher. Mais Genève reste notre centre stratégique, là où le contenu de nos missions est défini, là où les décisions importantes sont prises. C'est un endroit privilégié, qui offre d'énormes avantages. De nombreuses organisations y ont établi leur quartier général. Elles entretiennent des liens très fort avec le monde académique. Genève est la capitale humanitaire du monde.

Créé: 21.04.2015, 22h48

Articles en relation

L’aide pour le Soudan du Sud fait escale à Genève

Humanitaire Le pays d’Afrique de l'est est ravagé par une guerre civile depuis décembre 2013. Plus...

Quand les Genevois paradent à Berne

Genève200 Un régiment des Vieux-Grenadiers a défilé dans la capitale, premier arrêt du bus de la Fondation pour Genève. Plus...

Le bus genevois fait son premier arrêt à Berne

Genève200 Deux jeunes Genevois en stage dans l’administration fédérale nous livrent leurs impressions sur la vie à Berne, à la sortie de l’exposition itinérante. Plus...

Paid Post

CallDoc, assuré malin et flexible
Bénéficiez de consultations médicales 24h/24, 7j/7 et faites des économies! Profitez du rabais de prime sur l’assurance-maladie de base. Demandez une offre maintenant.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Jocelyne Haller refuse son élection
Plus...