Passer au contenu principal

Grimper de Chaumont jusqu’au mont Vuache

Méconnue des Genevois, la montagne se conquiert en partant d’un beau village médiéval.

Serait-il le secret le mieux gardé de la région? Le Vuache n’est guère évoqué par les Genevois comme destination de loisirs. On sait qu’il existe, on l’aperçoit au loin, on passe dessous en voiture quand on met le cap sur Paris ou Lyon, on l’accuse de retenir le stratus sur nos têtes. Mais, surtout, on l’ignore superbement…

Pourquoi tant d’indifférence? Parmi les reliefs qui ceignent le bassin genevois, c’est la montagne la plus éloignée du centre-ville. Et c’est aussi la plus basse. Si les monts concurrents sont tous dotés de voies carrossables qui permettent de les gravir, le Salève disposant même d’un téléphérique, le Vuache n’a que des sentiers sur ses pentes, même s’il dissimule une autoroute en ses entrailles. Autre différence: boisé jusqu’à son comble, il est plus avare en larges panoramas.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.