Passer au contenu principal

Vers, grillons et criquets à l’assaut de nos assiettes

La législation suisse devrait autoriser la consommation de trois espèces d’ici au début 2017. Genève souhaite un cadre strict.

«C’est infect, l’insecte!» lance à la cantonade Ava, 6 ans, après avoir goûté timidement une poignée de criquets grillés. C’est dans la halle du Clos de la Fonderie, à Carouge, que le Printemps carougeois a proposé, samedi, un apéritif entomophage. Une dégustation de petites bouchées composées, entre autres, de grillons, de vers ou de criquets. Natures ou en cake, brownies ou petits ramequins, les mets aux insectes se sont arrachés. «Ça n’a pas vraiment de goût, constatent plusieurs courageux. Mais l’aspect peu ragoûtant de l’insecte passe une fois en bouche. On dirait une chips fade lorsqu’ils sont juste frits. Mais en tartelette, avec la tomate, c’est pas mal.»

Quelques grillons grillés ou une part de cake à base de farine de vers, tel est le menu qui a été proposé samedi soir au public du Printemps carougeois. Une dégustation qui n’aura bientôt plus rien d’exceptionnel puisque Berne s’apprête à autoriser la consommation de trois espèces d’insectes. (lire aussi: Deux chefs genevois sceptiques)

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.