Grève «préventive» des taxis genevois

TRANSPORTS Un nouveau projet de loi sur les taxis sera présenté au parlement début octobre. La corporation dit ne pas avoir été consultée.

Vidéo: Bonzon (Archives)

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Impossible de commander un taxi jaune ce jeudi matin, les trois principales centrales de la corporation étaient en grève.

Les conducteurs reprochent à la Commission des transports du Grand Conseil de «leur enfiler une loi de force sans les avoir consulter», dixit Pierre Jenni, président de Taxiphone et candidat indépendant au Conseil d’Etat, qui organisait la mobilisation.

Ce nouveau projet de loi sera discuté au Parlement le 3 octobre, juste avant les élections cantonales. Il aura fallu trois ans de travail à la Commission des transports pour mettre ce texte sur pied. «Une dizaine d’auditions de chauffeurs de taxi exposant des intérêts divergents a été réalisée, puis, après délibération en interne, une sous-commission des taxis a été créée», précise Daniel Zaugg, vice-président de la commission. Elle a travaillé une année en vase clos pour éviter toute réaction épidermique…» Son rapport n’a pas encore été rendu public.

Pierre Jenni admet ne pas encore avoir lu le rapport de la sous-commission et avoir été auditionné deux fois «il y a trois ans!» Il aurait cependant souhaité être convoqué une nouvelle fois, avant que le projet de loi ne soit soumis au Parlement. Car «sans l’aval de la profession, cette loi n’a pas la moindre chance de fonctionner», menace-t-il.

«Il n’y a aucune raison de réauditionner les gens surtout quand ils ne partagent pas une position claire, répond Daniel Zaugg. Un projet de loi sur les taxis n’est pas écrit uniquement pour contenter la corporation mais aussi le public!»

(TDG)

Créé: 19.09.2013, 17h23

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Bruxelles veut que ses frontaliers chôment en Suisse
Plus...