En catimini, Michel Simon retrouve un «i» un peu rikiki

Vieille-VilleLa plaque épigraphique apposée dans la Grand-Rue en mémoire du comédien genevois a été restaurée, non sans mal.

Le «i» de Michel est enfin de retour dans la Vieille-Ville.

Le «i» de Michel est enfin de retour dans la Vieille-Ville. Image: Laurent Guiraud

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

La Ville de Genève ne l’a pas crié sur les toits, mais la plaque épigraphique en mémoire de Michel Simon apposée sur la façade du 27, Grand-Rue, dans la Vieille-Ville, a été restaurée. Plus précisément, le «i» de Michel est réapparu. Plutôt deux fois qu’une, d’ailleurs.

Cette plaque a une histoire aussi mouvementée que mystérieuse. Elle fut posée après la mort du comédien genevois (décédé en 1975), mais on ne sait pas exactement quand ni par qui. Puis des petits farceurs ont échangé le «i» de Michel contre… un phallus discret, clin d’œil à la passion de l’acteur pour les choses érotiques.

Ce curieux objet, dont on ne sait réellement ni qui l’a posé, ni quand (mais sans doute dans les années nonante) est resté en place jusqu’au printemps 2017, personne ne l’ayant vraiment remarqué. C’est finalement suite à notre enquête (nos éditions précédentes), l’an passé, que le Service du génie civil a décidé de l’enlever! On est alors à la fin du mois de mai 2017, et la Ville indique qu’elle va mandater un fondeur pour réaliser un «i» tout neuf. Et puis, plus de nouvelles, alors qu’un sondage «Tribune de Genève» montre que la majorité de nos lecteurs aimeraient voir réapparaître le caractère coquin.

Enfin la semaine passée, on découvre par hasard qu’un «i» est à nouveau présent sur la plaque commémorative. Quand a-t-il été installé? «Au mois d’avril, précise Yvan Camporini, adjoint de direction au Service du génie civil. Nous en avons d’abord mis un à la fin de l’année dernière, mais il a mystérieusement disparu. Nous en avons donc commandé un second.»

Cette réalisation, nous indique-t-il, est l’œuvre de SwissArt Edition, «une fonderie d’art genevoise, qui a décalqué le «i» de Simon pour regraver un autre «i», afin qu’il y ait une cohérence entre les différents caractères de la plaque.»

Ce nouveau «i» (voir photo) semble pourtant plus fin, plus rikiki… «Il y a peut-être une légère nuance, la patine est également plus récente», remarque Yvan Camporini, qui précise que l’opération a coûté à la Municipalité «quelques centaines de francs, et nous en avons profité pour nettoyer la plaque».

Quant au «i» coquin, «il est caché dans nos services. Désormais, il fait presque partie du patrimoine de la Ville.»

(TDG)

Créé: 19.08.2018, 16h10

Articles en relation

Stupeur, le «i» coquin de Michel Simon a été dérobé

Vieille-Ville Le phallus qui ornait la plaque commémorative posée dans la Grand-Rue a disparu. Mais cette fois, on connaît les «coupables». Plus...

La plaque de Michel Simon a été installée de nuit, en catimini

Insolite Le conseiller national Manuel Tornare éclaircit une partie du mystère. Plus...

Le facétieux Michel Simon met les «points» sous le «i»

Insolite En hommage à l’acteur, une plaque commémorative trône au 27, Grand-Rue. Mais le «i» de Michel est… un phallus! Enquête. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Schneider-Ammann s'en va
Plus...