Passer au contenu principal

A la grande mosquée, des jeunes se préparent au djihad

Un Genevois de 20 ans, converti, a quitté sa cité pour partir en Syrie. Il côtoyait un groupe aux idées extrémistes qui fréquente la mosquée du Petit-Saconnex. Celle-ci se défend de fermer les yeux.

«Soit on lui a promis monts et merveilles, soit il a été menacé pour partir là-bas», confie la mère de D., parti en avril en Syrie. Le Genevois de 20?ans ne communique quasi plus avec ses parents, plongés dans l’angoisse.
«Soit on lui a promis monts et merveilles, soit il a été menacé pour partir là-bas», confie la mère de D., parti en avril en Syrie. Le Genevois de 20?ans ne communique quasi plus avec ses parents, plongés dans l’angoisse.
Georges Cabrera

Des bougies consumées, des images de la Vierge posées sur la table du salon, et au centre, la photo d’un garçon mince, à l’allure branchée. Voilà quatre mois que le départ de D., 20 ans, obsède sa famille. Ce Suisse converti à l’islam a quitté au printemps sa cité genevoise pour se rendre en Syrie, avec une autre personne plus âgée, révèle l’enquête de la Tribune de Genève. Tous deux fréquentaient un groupe de jeunes radicalisés, liés à la mosquée du Petit-Saconnex. Or, nous avons appris que deux de ses trois imams sont fichés en France. Une note confidentielle de la police française datée du 18 août, en notre possession, sonne l’alerte. Le Service de renseignement de la Confédération (SRC) et la police judiciaire fédérale (PJF) ont lancé des investigations.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.