Le grand bal des pompiers, c’est ce vendredi soir au Palladium

GenèveLa soirée sera festive et caritative. Les bénéfices de la manifestation ouverte à tous seront reversés à l’association FLAVIE qui vient en aide aux grands brûlés. Présentation.

Photo d'illustration

Photo d'illustration Image: Laurent Guiraud / Archives

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

À chacun sa sainte patronne. Les journalistes n’en ont pas, les politiques encore moins. Ils pourraient s’en trouver une, afin de les protéger contre l’actualité orageuse et foudroyante. Les pompiers, eux, ont la leur. Ils la fêtent traditionnellement le vendredi le plus proche du 4 décembre.

Sainte Barbe, elle s’appelle. Son titre est trompeur: on la représente sans pilosité, en jeune fille avec une palme de martyre et un ciboire. Elle peut aussi porter une couronne et un livre. L’iconographie lui attribue également une tour à trois têtes, un éclair ou un canon.

Lance à incendie

On oublie le canon qui ne sert à rien, on le remplace par une lance à incendie. La voici déroulée sur l’affiche annonçant le grand bal des pompiers, huitième du nom, organisé ce vendredi soir 7 décembre au Palladium. C’est le groupement sportif du SIS qui régale, des femmes et des hommes appartenant au corps professionnel de la Ville de Genève. Des sapeurs de tous âges, des ambulanciers, des opérateurs de la centrale d’alarme, des instructeurs et des retraités du service. Bref, une section festive sur le pont de 22h30 à 4h30 du matin.

Cette grande alarme en dansant se veut d’abord caritative. La totalité des bénéfices de la soirée – l’entrée est fixée à 15 franc – sera reversée à l’association FLAVIE (contraction de flamme et de vie) qui vient en aide aux victimes de brûlures graves, sans oublier leur entourage.

Née en 2002, à l’initiative d’anciens patients, de soignants du Centre des Brûlés et de la Division de chirurgie plastique du CHUV, FLAVIE est basée à Lausanne mais intervient dans toute la Suisse romande. Elle offre un soutien psychologique, elle propose des conseils pratiques, elle organise un camp annuel pour les enfants victimes de graves brûlures.

Cet accompagnement sensible et concret à la fois, au seuil d’une nouvelle vie qui commence, quand il faut réapprendre à utiliser ses mains et ses bras meurtris, quand il s’agit d’affronter le regard des autres avec un visage défiguré, peut conduire les membres de l’association à intervenir en milieu scolaire, dans la classe de l’enfant, de l’adolescent qui retrouvent leurs camarades après une longue hospitalisation et des opérations successives.

Travail essentiel, méritant d’être connu du grand public et soutenu par tous. Comment? En mettant au programme de sa soirée de vendredi un détour par le Palladium, histoire d’échanger avec les secouristes qui connaissent le mieux notre ville. Ils seront au bar et dans la salle.

À une heure de la nuit qui n’est pas déterminée – l’ambiance décidera – certains pompiers dédiés aux animations tardives pourraient même se retrouver sur scène, sans ciboire ni couronne sur la tête. On salue par avance cet engagement désintéressé sous les feux de la rampe. La donnée d’ordre viendra d’en haut: «Sainte Barbe, priez pour nous!» (TDG)

Créé: 06.12.2018, 11h55

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Amherd, première femme à la tête de l'armée suisse
Plus...