Passer au contenu principal

Le gouvernement genevois tiraillé en interne et chahuté à l'externe

Le coup d'arrêt aux Bilatérales, le non aux P+R en France voisine et la fonction publique dans la rue ternissent le bilan de l'an 1 du Conseil d'Etat.

Prestation de serment, le 10 décembre 2013 à la cathédrale. De g. à dr.: Luc Barthassat, Serge Dal Busco, Pierre Maudet, François Longchamp, Anne Emery-Torracinta, Mauro Poggia, Antonio Hodgers et la chancelière Anja Wyden Guelpa.
Prestation de serment, le 10 décembre 2013 à la cathédrale. De g. à dr.: Luc Barthassat, Serge Dal Busco, Pierre Maudet, François Longchamp, Anne Emery-Torracinta, Mauro Poggia, Antonio Hodgers et la chancelière Anja Wyden Guelpa.
Laurent Guiraud (Archives)

«La législature ne sera pas joyeuse», prédisait à la fin d’août le président du Conseil d’Etat, François Longchamp. Alors que le gouvernement s’apprête à fêter sa première année, difficile de dire le contraire. L’air sent la poudre, les TPG ont fait grève, le budget 2015 est compromis et les réformes annoncées par le discours de Saint-Pierre contestées. Bilan.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.