Les Genevois ont testé et déjà adopté leur plage

DétenteLes baigneurs et les amateurs de soleil sont venus en masse ce week-end tester la plage des Eaux-Vives. Examen réussi.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Il aura fallu attendre dix ans, mais cette fois, elle est là et vous tend les bras. Inaugurée officiellement vendredi, la plage des Eaux-Vives a accueilli ses premiers «clients» samedi et dimanche. Et ils ont été des milliers à découvrir les lieux, preuve que cette infrastructure répond non seulement à un besoin mais aussi à une grosse envie.

Très compréhensif, le ciel avait décidé de mettre le cap sur le beau dès dimanche, puis de passer à la vitesse supérieure à partir de lundi. Autant dire que la baignade va rapidement devenir une affaire de survie.

Idéal pour les familles

Dimanche, la plage a attiré de plus en plus de monde au fil de la journée alors que la température de l’air, et un peu de l’eau, montait. En milieu d’après-midi, il devait bien y avoir entre 3000 et 4000 personnes venues goûter au plaisir de vivre à Genève-les-Bains.

François, qui habite les Eaux-Vives, est ici en voisin avec femme et enfants pour expérimenter les lieux: «C’est vraiment un bel endroit pour les familles. Cela va nous permettre d’aller plus souvent nous baigner dans le lac avec les enfants car il y a vraiment trop de monde sur les plages un peu plus loin en amont sur la Rive gauche.»

En cette fin de matinée, il y a effectivement beaucoup de familles qui lézardent sur les galets ou font trempette. Plus tard dans l’après-midi, la foule se diversifiera davantage. Relativement inhabituel à Genève, il y a peu d’agressions sonores (la musique est interdite comme les grils) et on n’entend quasi pas le trafic sur le quai Gustave-Ador. Ce qu’on entend? Les rires des enfants et le clapotis des vagues. Un luxe!

Quelques petits bémols

Si toutes les personnes interrogées sont enchantées par la mise à disposition de ce nouveau lieu de détente, des baigneuses ont jugé les galets un peu gros pour être indolores lorsque l’on s’étend sur la plage. Réponse de l’État: pour ce type de matériau, leur taille est la plus petite à disposition; et il n’était pas possible de mettre du sable car il aurait été emporté rapidement dans le lac. Pour les plus sensibles, la pelouse sera heureusement accessible à partir du samedi 13 juillet.

L’autre critique principale est le manque d’ombre. Si les parasols sont autorisés sur la plage de galets, ils ne le seront pas sur la pelouse en raison du système d’irrigation souterrain. Et comme peu d’arbres ont été plantés dans cet espace, il pourrait vite faire trop chaud sur l’herbe.

Ce ne sont toutefois là que des détails par rapport aux avantages du lieu. «Ici, on ne se sent plus à Genève, mais quelque part en vacances», commente Cordile, une jeune Thônésienne. Son amie Sarah découvre, enthousiaste, les lieux: «J’étais absente de Genève six mois, je n’ai donc pas vu l’évolution. Et là, magie, c’est à disposition.»

Ils sont également nombreux à apprécier la nouvelle infrastructure parce qu’elle va soulager les autres lieux de baignade. «C’est une option en plus de ce qui existe, et c’est tant mieux, estime Malik. Mais il risque d’y avoir rapidement du monde. J’espère que cela va rester propre et convivial.»

Pourtant, lui et son amie Karen ne sont pas très favorables à l’interdiction des grils et de la musique. Parce qu’ils aiment bien l’animation, tout comme Cordile et Sarah: «Je comprends ces interdictions, mais c’est un peu dommage, commente cette dernière. Est-ce qu’il n’aurait pas été possible de prévoir un endroit spécifique pour les barbecues?»

Information à l’entrée

Ce type de questions, et bien d’autres, une petite équipe du projet plage de l’État a passé sa fin de semaine à y répondre. Postés à l’entrée du site côté ville, ses membres ont inlassablement expliqué le comment et le pourquoi des matériaux, du règlement et de la suite des travaux (le site ne sera entièrement aménagé qu’en 2020). «C’est vrai qu’il y a beaucoup de demandes, reconnaît Fiona Mueller, chargée de communication au Département du territoire. Mais je constate aussi que tout le monde trouve sa place et s’installe confortablement.»

Le journaliste dresse le même constat: la plage des Eaux-Vives a parfaitement réussi son examen d’entrée. Et ce ne sont pas Annick et Gary qui nous contrediraient. «Depuis le temps qu’on entendait parler de l’amélioration des bords du lac, nous avons voulu voir le résultat, conclut Annick. C’est magnifique!» Gary, son mari australien, approuve totalement, regrettant uniquement de n’avoir pas pris son maillot de bain. On lui fait confiance, la prochaine fois, il sera équipé.

Créé: 23.06.2019, 17h03

Sondage

Regrettez-vous que la Ville de Genève n'ait pas prévu de coin «barbecue» à la plage des Eaux-Vives?





La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.