Un Genevois lauréat de la Médaille Fields

Nobel de mathématiquesMartin Hairer, qui figure parmi les quatre lauréats, a étudié au Collège Claparède avant de débuter sa carrière académique à l'Université de Genève.

Le Genevois Martin Hairer (troisième en partant de la gauche) a obtenu l'équivalent du Nobel des Mathématiques pour ses travaux de recherche.

Le Genevois Martin Hairer (troisième en partant de la gauche) a obtenu l'équivalent du Nobel des Mathématiques pour ses travaux de recherche. Image: AP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Martin Hairer, un Genevois d'origine autrichienne, vient d'obtenir la Médaille Fields, soit la plus haute distinction dans le domaine des mathématiques. Le domaine de prédilection du professeur, à la frontière entre les mathématiques et la physique théorique, est l'un des points forts de Genève, souligne ce mercredi dans un communiqué l'Université de Genève, qui a formé le lauréat. Il est récompensé en compagnie de l'Iranienne Maryam Mirzakhani, du Français Artur Avila et de l'Américain Manjul Bhargava.

Après l'obtention de sa maturité au collège Claparède, Martin Hairer a démarré sa carrière académique à l'Université de Genève. Il y a obtenu un bachelor en mathématiques, puis un master et un doctorat en physique, sous la supervision du professeur Jean-Pierre Eckmann . Il est aujourd'hui chercheur à l'Université de Warwick en Grande-Bretagne. Il a reçu la médaille «pour ses contributions exceptionnelles à la théorie des équations aux dérivées partielles stochastiques, et notamment la création d'une théorie des structures de régularité de ces équations», indique l'UNIGE.

Pour Stanislav Smirnov, professeur à l'UNIGE et lui-même récipiendaire de la médaille Fields 2010, «c'est l'excellence d'un homme et par là même de l'enseignement et de la recherche genevois en mathématiques et physique qui est aujourd'hui récompensée par la plus haute distinction dans le domaine».

La fierté du père

Le père du lauréat, Ernst Hairer, professeur de mathématiques à l’Université de Genève, a appris la bonne nouvelle par Skype. Il ne cache pas sa fierté: «Cette médaille, c’est le top. Je pense que mon fils lui-même, il y a une année, n’y aurait pas pensé! Certains mathématiciens travaillent depuis toujours pour l’obtenir. Les mathématiques, pour mon fils, étaient plus comme un hobby à ses débuts. Je savais qu’il avait le niveau, mais cela reste une surprise.» Martin Hairer s’intéresse très jeune au domaine déjà exploré par son père. « Il me regardait, me demandait de lui expliquer ce que je faisais. Lorsque je lui répondais que c’était trop compliqué, il insistait ! » Père et fils fêteront la nouvelle en septembre, au retour de Martin Hairer en Suisse.

La médaille Fields, attribuée depuis 1936 à au maximum quatre mathématiciens de moins de 40 ans, a été présentée mercredi au Congrès international des mathématiciens, qui se tient cette année à Séoul en Corée du sud. Développement dans nos éditions papier et numériques jeudi 14 août 2014 (TDG)

Créé: 13.08.2014, 11h54

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Brexit: Theresa May à Bruxelles
Plus...