Passer au contenu principal

Les Genevois ne sont pas encore à l'abri de la taxe poubelle

Le taux de recyclage devrait atteindre 50% en 2017. On n'en est qu'à 44,6%. Le Canton va tester de nouvelles poubelles vertes.

Avez-vous une idée du poids des ordures que vous mettez à la poubelle et de celui des déchets que vous triez? Est-ce que vous triez autant que vous jetez? Si oui, vous êtes dans la cible, celle qui pourrait préserver le Canton de la taxe poubelle. Si vous jetez plus que vous triez – c'est le cas du Genevois moyen qui envoie 237 kg d'ordures aux Cheneviers par an et trie 176 kg de déchets – vous êtes invités à modifier votre comportement pour atteindre l'objectif d'au moins 50% avant deux ans.

Fin 2013, Genève recyclait 44,6% des déchets ménagers collectés par an*. «C'est pas mal, estime Jacques Martelain, le Monsieur Recyclage cantonal, mais il nous faut atteindre au moins 50%, soit la moyenne suisse, d'ici 2017.» Sans quoi Genève devra instaurer la taxe poubelle? «Ce n'est pas aussi simple, explique Jacques Martelain, mais il est vrai qu'un récent arrêt du Tribunal fédéral pose une forme d'obligation de la taxe.»

Le dernier canton à résister à la taxe

Genève est, avec le Valais romand, le dernier canton à résister à l'application dans ce domaine du principe du pollueur payeur. Un principe que discute le directeur du Service de géologie, sols et déchets: «Les consommateurs n'ont souvent pas le choix. Le suremballage est souvent le fait des industriels et de la distribution.»

En 2011, les services de Monsieur Tri ont inspecté à la main les poubelles des Genevois. Résultat: elles contiennent encore pour moitié de leur poids des déchets recyclables ou compostables. A Genève, on peut donc faire mieux partout. Au bureau, à la maison et même sur les espaces de tris de déchets communaux. Jacques Martelain se demande pourquoi les Genevois, qui font l'effort de porter leurs poubelles dans les déchetteries, se trompent si souvent de conteneurs...

Comment Genève va-t-il atteindre l'objectif? Au rythme des dernières années, le taux de 50% ne sera pas atteint avant... 2023. Jacques Martelain est confiant. Nous avons trois objectifs: 1) réduire la quantité totale des déchets, notamment des déchets à incinérer (la nouvelle usine d’incinération, Chenevier IV, aura une capacité de 180'000 tonnes contre 210'000 aujourd'hui), 2) atteindre un taux de tri et donc de recyclage supérieur à 50% et 3) produire un compost cantonal de meilleure qualité. Ce qui implique la construction d'une nouvelle usine de biogaz et de compostage au Bois de Bay, le Pole Bio, sur la commune de Satigny, pour remplacer l'usine de Châtillon, à Bernex, saturée et obsolète.

Nouveaux tests de poubelles vertes

«Nous allons lancer dès février plusieurs tests dans des quartiers pour y introduire de nouvelles poubelles vertes aérées», annonce Monsieur Tri. Ses services sont allés voir ailleurs comment ça se passe et ont trouvé plein de bonnes pratiques. La Suisse n'est pas un excellent élève dans le domaine du recyclage, note le fonctionnaire. Bien meilleurs sont notamment les Italiens du nord. Ils ont mis au point une poubelle à trous pour les déchets organiques, explique Jacques Martelain. Associé à un sac biodégradable en amidon et perméable à l'air, leur système évite la pourriture des déchets de cuisine et la production de jus nauséabonds.

Si les tests sont concluants, le système sera progressivement généralisé à tout le canton avec pour effet de réduire la quantité de déchets incinérés et d'augmenter la part des déchets recyclés par méthanisation (les restes de cuisine cuits ou le marc de café sont difficilement compostables). Le digestat, la matière qui reste après la fabrication du gaz méthane, est lui composté.

Plan des déchets 2017

On va aussi progressivement supprimer les sacs verts qui emballent les déchets de jardin (gazon et branchages). Ces sacs ne sont pas biodégradables et polluent le compost genevois, dont 20% doit actuellement être brûlé aux Cheneviers. D'autres changements sont à venir. Ils devront être validés avec le plan des déchets 2017 qui sera soumis au Conseil d'Etat avant ce printemps.

La Ville passe au tout conteneur

En Ville de Genève, Pierre Liaudat rappelle la difficulté de ranger plusieurs poubelles dans les petits appartements qui ne disposent pas de balcon. Le chef de la voirie municipale note aussi que les déchets verts ainsi que les gazons et branchages des parcs ne sont pas comptés dans la statistique de la ville, ce qui explique, à son avis la piètre performance de la plus grande commune du canton en matière de tri. La Ville participera au test des nouvelles poubelles vertes. Elle a changé au 1er janvier 2015 son règlement. Désormais, tous les déchets devront être mis dans des conteneurs. A terme il n'y aura donc plus de sacs poubelles ni de paquets de journaux mal ficelés sur les trottoirs de Genève. L'automne prochain, la Ville organisera dans deux école des journées de sensibilisation des écoliers au tri des déchets et à la propreté du domaine public, ajoute Pierre Liaudat.

* Ndlr: le taux de recyclage n'est pas de 42,6% mais de 44,6% en tenant compte des déchets collectés dans les trois déchèteries cantonales.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.