Un Genevois ambassadeur auprès du pape

RencontrePierre-Yves Fux, 46 ans, remettra ses lettres de créance au pape François dans quelques semaines.

Le Genevois Pierre-Yves Fux, ambassadeur près le Saint-Siège, continue de fréquenter la Bibliothèque de Genève.

Le Genevois Pierre-Yves Fux, ambassadeur près le Saint-Siège, continue de fréquenter la Bibliothèque de Genève. Image: Laurent Guiraud

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le Genevois Pierre-Yves Fux, nouvel ambassadeur plénipotentiaire de la Suisse près le Saint-Siège, semble taillé pour le rôle. Il a étudié le latin, l’hébreu, le grec et la théologie protestante dans les murs de l’Université de Genève.

A 18 ans, collégien à Voltaire, il rêvait déjà de réussir le concours diplomatique. Mais aux filières habituelles, droit ou sciences politiques, il préfère les lettres classiques.

Onze ans plus tard, devenu assistant, le latiniste attend de défendre sa thèse sur Prudence, un poète latin du quatrième siècle. Mais au dernier moment, il se présente secrètement au concours diplomatique. «Il y avait en tout dix-sept examens en trois manches, se rappelle-t-il. Les oraux ne ressemblent pas à ceux de l’université. On est obligé de révéler beaucoup de soi.»

Au-dessus du Conseil fédéral

Depuis son stage diplomatique, Pierre-Yves Fux pendule entre Genève et Berne, quand il n’est pas en mission à l’étranger. Le Département fédéral des affaires étrangères (DFAE) a ses bureaux dans l’aile ouest du Palais fédéral, la partie historique, où se réunit aussi le Conseil fédéral. «Mon bureau est au troisième étage et la salle du Conseil fédéral est au premier, confirme le diplomate. Ce qui m’a frappé en arrivant au DFAE, c’est la liberté de pensée, bien plus grande que dans le monde académique, se souvient-il. La tolérance à l’originalité.»

Son originalité à lui, c’est peut-être la ténacité, tant comme diplomate que comme chercheur ou sportif. A 46 ans, dix-sept ans après avoir soutenu sa thèse, il continue de publier des contributions scientifiques. Il y travaille chaque jour dans le train et continue de fréquenter la Bibliothèque de Genève (BGE), aux Bastions.

Pendant ces mêmes dix-sept ans, le diplomate est devenu un spécialiste de l’Asie et du Moyen-Orient, au point de faire l’objet de câbles américains confidentiels révélés par WikiLeaks (voir ci-contre).

Parfois, Antiquité et diplomatie se rejoignent. 1999: le président algérien Bouteflika propose à Joseph Deiss, alors conseiller fédéral, d’organiser un projet sur saint Augustin. L’évêque, né au quatrième siècle dans l’actuelle Algérie, permet de valoriser la culture du pays. La Suisse met sur pied une exposition itinérante. L’acteur Gérard Depardieu participe au projet, qui est coordonné par Pierre-Yves Fux.

Genève-Rome à pied

Le diplomate est aussi un adepte des grandes marches. Pas seulement de la gare Cornavin à la BGE, mais aussi de Genève au sud de l’Italie. Un trajet qui, à pied, dure quatre-vingts jours et qu’il réalise en cinq fois, en revenant en train pour reprendre au point où il s’était arrêté.

D’où vient donc la ténacité de Pierre-Yves Fux? «Mes deux parents viennent du Haut-Valais. On dit que les Haut-Valaisans sont des têtes de mules», sourit-il, en rappelant que «Genève est la plus grande ville valaisanne de Suisse».

Dans les rues de Genève, rien ne distingue ce diplomate des employés de banque en complet veston. Discret, il ne se vante pas d’avoir rencontré des dignitaires du monde entier, notamment le dalaï-lama, cinq fois. C’est en tête à tête qu’il remettra au pape François ses lettres de créance, dans lesquelles Didier Burkhalter le recommande au Saint-Père.

Grâce au latin, le Genevois connaît déjà le Vatican de l’intérieur. Entre 1994 et 1995, il a étudié les manuscrits anciens de l’Archivium Secretum, les archives du Saint-Siège. Chaque matin, il entrait en mobylette dans l’Etat pontifical. Le 12 décembre 1994, il a même osé y casser la marmite de l’Escalade.

Depuis 1993, l’ambassadeur de la Suisse près le Saint-Siège ne réside pas à Rome mais à Berne ou dans un état étranger, auprès duquel il est également en mission. Pierre-Yves Fux représentera la Suisse en Slovénie, où il résidera dès le mois d’août. Son projet? «Parcourir le pays à pied pour le découvrir.»


Extrait audio: «Ce qu’on peut dire du Vatican»

«Dans les régions les plus inattendues, vous avez des personnes qui font remonter l’information jusqu’à Rome», explique le diplomate. Selon lui, le Vatican «a les mêmes capacités de compréhension du monde que les membres permanents du Conseil de sécurité (de l’ONU)».

(TDG)

Créé: 24.03.2014, 22h40

Cité dans des câbles américains

Pierre-Yves Fux est cité dans plusieurs câbles diplomatiques révélés par WikiLeaks. L'extrait ci-dessous commente la politique de la Suisse vis-à-vis des déplacés internes en Angola. GOS signifie «Government of Switzerland». Source: https://www.wikileaks.org/plusd/…

CONFIDENTIAL BERN 000390

[…] 2. (C) According to Fux, Switzerland planned to begin with a bilateral approach to the Sri Lankan government in Colombo, but was also very open to considering multilateral interventions as necessary. Fux also noted that the GOS was considering how the Sri Lankan IDP situation might usefully be raised in the context of the UN Human Rights Council in Geneva. Fux passed poloffs a non-paper entitled "Swiss Views and Position on Camp Support and the Return Process for the IDP in Sri Lanka," which post subsequently passed via email to SCA/INSB on September 11 (ref B). In that non-paper, the GOS stressed the importance of allowing full access to international humanitarian actors, namely the International Committee of the Red Cross (ICRC), and the unrestricted access of UN organizations and INGOs for both humanitarian assistance and basic protection monitoring.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Amherd, première femme à la tête de l'armée suisse
Plus...