Passer au contenu principal

À Genève, des taxis livreront à domicile

Le Canton encourage la mise en relation entre les commerces et leurs clients. Cent mille francs seront investis pour accélérer la mise en ligne des menus des restaurants genevois.

La centrale Taxiphone gère près de 650 véhicules.
La centrale Taxiphone gère près de 650 véhicules.
Pierre Abensur

Face à la baisse du nombre de courses des taxis, la centrale Taxiphone et ses 650 «bonbonnes jaunes» ont décidé de revoir leurs tarifs «pour rendre accessible le service de livraison rapide à domicile au plus grand nombre de personnes possible», lit-on dans un communiqué du Département du développement économique (DDE). Les taxis collaboreront avec la plateforme GeneveAvenue, qui regroupe des dizaines de commerces genevois (d'Aeschbach à Manor, de la fromagerie Bruand à la Grande Boucherie du Molard, etc.). Une autre société, de limousines cette fois-ci, Globe Limo, collaborera quant à elle avec le marché local en ligne «MagicTomato».

Accélérer la mise en ligne des menus des restaurants

En parallèle, le Département du développement économique investira 100'000 francs dans l'accélération de la mise en ligne des menus des restaurants genevois (lire notre article du 21 mars 2020). La société des cafetiers-restaurateurs-hôteliers – laquelle ajoute 20'000 francs dans l'opération – cordonnera la répartition de la somme. «Ce soutien, limité dans le temps», devrait permettre «d’accompagner dans l'urgence les restauratrices et les restaurateurs souhaitant intégrer leur offre à des sites genevois de livraison à domicile.» Le DDE précise que les deux entreprises genevoises Foodetective et Smood se sont engagées à soutenir les commerces du cru, notamment en offrant un suivi dans la mise en ligne des offres, en renonçant à percevoir des frais d’inscription et à réaliser gratuitement les photos des plats. «Elles acceptent aussi de réduire fortement, voire de supprimer les coûts de livraison.»

Enfin, un autre fonds voit le jour, doté 50'000 francs et destiné à la Nouvelle Organisation des entrepreneurs (NODE). Là aussi, il devrait permettre, affirment les autorités, de renforcer «les capacités des plateformes d’e-commerce locales à traiter les nouvelles demandes d’intégration à leur site web».

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.