Genève regorge de points d'eau pour se rafraîchir

CaniculeLac, Rhône, pataugeoires, fontaines, quand la température monte, les autorités se montrent tolérantes. Notre sélection de lieux pour piquer une tête sans bourse délier.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La nouvelle plage des Eaux-Vives, les pontons du Rhône, la pataugeoire de Saint-Jean, les jets d’eau du parc Hentsch… la ville et le canton regorgent d’endroits où le citadin surchauffé peut goûter au plaisir d’une baignade salvatrice… et gratuite.

Avec 36 degrés annoncés, un ciel sans nuages et un pic de pollution record, le week-end s’annonce difficile à supporter. Fort heureusement, Genève est mieux lotie que la plupart des villes européennes qui suffoquent sous les températures caniculaires: les nombreux points d’eau, naturels ou artificiels, deviennent, le temps d’un été, le terrain de jeu des petits et des grands en quête de rafraîchissement.

Baignade en eaux vives

S’il n’est plus besoin de présenter les historiques Bains des Pâquis, qui croulent sous les visiteurs dès l’apparition des premiers rayons, la nouvelle plage des Eaux-Vives offre un accès supplémentaire aux eaux cristallines du lac Léman. Le canton dispose de 28 plages (voir l’infographie ci-dessous), de Versoix à Hermance. Très appréciée par les familles, la baignade lacustre est placée sous la surveillance des adultes. Ceux-ci ne pourront probablement pas empêcher les puces de canard (lire l’encadré ci-contre) de piquer les baigneurs. La qualité de l’eau est régulièrement testée par le Canton: seule la Pointe-à-la-Bise dépasse actuellement les taux limites de pollution.

(Cliquez sur l'image pour agrandir la carte)

Pendant la pause-déjeuner ou après une longue journée, la baignade dans le Rhône se décline à toutes les sauces: «Comme je n’ai pas beaucoup de moyens, je préfère venir au Rhône, confie Matthieu, 23 ans, étudiant. Et c’est sans chlore!» De la pointe de la Jonction au pont de Sous-Terre, les nageurs avertis peuvent se détendre sur les berges arborées avant de piquer une tête dans les eaux limpides du fleuve. À l’écart des bateaux, elles offrent un écrin de fraîcheur que la canicule ne parvient pas à briser. De solides pontons de bois permettent aux plus paresseux de bronzer avant d’oser, peut-être, se jeter à l’eau. Malgré un cadre idyllique, la Ville et le Canton avertissent du danger de la baignade fluviale: de forts et imprévisibles courants peuvent survenir. Les autorités conseillent donc de ne pas laisser les enfants s’y baigner et, pour les adultes, de nager à plusieurs.

Pataugeoires gratuites

Si les piscines payantes sont prises d’assaut dès les vacances scolaires, les pataugeoires publiques offrent une alternative aux enfants de moins de 10 ans. Gratuites et permanentes, les 11 pataugeoires de la ville (voir l’infographie ci-dessous) se situent dans les principaux parcs: «Nous amenons souvent nos classes à la pataugeoire du parc des Franchises, confie une enseignante de l’école des Ouches. Il est difficilement tenable de rester avec les enfants dans les classes surchauffées». L’eau est contrôlée deux fois par jour. «Un système de pompes recycle et filtre l’eau, explique Cédric Waelti, conseiller de direction au Département de l’environnement urbain. Pour des questions sanitaires, du chlore est ajouté.» Le fond antidérapant permet aux plus jeunes de ne pas glisser.

Piscine sauvage

Les fontaines prennent également des allures de piscine à la période estivale. Les plus courues – les jets d’eau de la place des Nations, la monumentale fontaine du Jardin anglais et les bassins en terrasse du parc Hentsch – rassemblent les habitués du quartier dès la fin du mois de mai. Si la baignade en fontaine est théoriquement interdite, «en cas de canicule, la Ville de Genève tolère l’usage de ces bassins en assumant la surconsommation d’eau nécessaire pour assurer son renouvellement», explique Anaïs Balabazan, déléguée à la communication au Département des constructions et de l’aménagement.

Parmi toutes ces possibilités, nul doute que le Genevois en quête de fraîcheur saura trouver bassin à sa mesure.

Créé: 29.06.2019, 12h37

Articles en relation

Les Genevois ont testé et déjà adopté leur plage

Détente Les baigneurs et les amateurs de soleil sont venus en masse ce week-end tester la plage des Eaux-Vives. Examen réussi. Plus...

Se baigner dans le Rhône est-il dangereux? Les autorités vous répondent

Journées de prévention Peut-on plonger sans arrière-pensées dans ce fleuve magnifique en admirant le paysage? Pas si vite, répondent les acteurs chargés de la sécurité. Des précautions sont indispensables. Plus...

«Les puces nous prennent pour des canards!»

Canicule Le lac sera une destination prisée ce week-end. Mais comment éviter les tant redoutées puces de canards qui y pullulent ? Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.