Genève recrute des volontaires pour tester le vaccin Ebola

EbolaL’étude implique neuf visites aux Hôpitaux universitaires de Genève pendant six mois. Les participants recevront 810 francs de dédommagement.

Bernard Hirschel, président de la commission cantonale d’éthique de la recherche.

Bernard Hirschel, président de la commission cantonale d’éthique de la recherche. Image: Pascal Frautschi

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Genève est sur le point de tester un vaccin contre le virus Ebola. Selon Agnès Reffet, chargée de communication aux Hôpitaux universitaires de Genève (HUG), ce n’est plus qu’une « question de jours. En effet, Swissmedic vient d’autoriser les HUG à recruter des volontaires.» Selon le professeur Bernard Hirschel, président de la commission cantonale d’éthique de la recherche, recruter une centaine de volontaires ne devrait pas être difficile. « L’essai du vaccin s’adresse aux personnes destinées à aller en Afrique combattre l’épidémie d’Ebola. Elle seront probablement intéressées. Par ailleurs, la publicité donnée à l’événement devrait aider: il ne s’agit pas de quelque chose d’obscur. »

L’étude vise à tester la sécurité du vaccin et sa capacité à déclencher une réponse immunitaire chez l’homme. Les participants recevront soit une dose du vaccin soit un placebo. Mais les participants susceptibles de voyager dans les pays affectés par le virus Ebola ne recevront pas le placebo. Tous les participants seront suivis de manière rapprochée pendant les deux premières semaines puis périodiquement pendant six mois. Seules les personnes en bonne santé, âgées de 18 à 65 ans, peuvent participer à l’essai clinique, qui inclut 9 visites au Centre de recherche clinique des HUG pendant six mois. Les volontaires recevront un dédommagement de 810 francs, indiquent les HUG.

Un échantillon d’une centaine de personnes suffit-il pour tester un vaccin ? « Pour savoir si le vaccin est vraiment efficace contre Ebola, il faudrait bien sûr beaucoup plus de monde, répond Bernard Hirschel. Cela se fera lors de la deuxième phase, sur le terrain. En vaccinant, par exemple, un village et en comparant l’effet de la vaccination dans ce village à ce qui se passe dans un autre village pas encore vacciné. »

Développement dans nos éditions payantes de mardi (TDG)

Créé: 03.11.2014, 16h58

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Brexit: Theresa May à Bruxelles
Plus...