Passer au contenu principal

Genève a raté le train

Le CEVA répare un mal séculaire: Genève a manqué son destin de nœud ferroviaire. Diagnostic.

Genève réfléchit à son avenir ferroviaire depuis le XIXème siècle.
Genève réfléchit à son avenir ferroviaire depuis le XIXème siècle.
CICG

Prenez la carte ferroviaire de n’importe quelle ville importante d’Europe. Vous verrez une étoile se déployer en plusieurs branches à partir de sa gare centrale. Mais pas à Genève. Cornavin constitue la jointure de deux lignes, l’une suisse et l’autre française, flanquées de deux moignons en cul-de-sac menant à Cointrin et à la Praille. Si on élargit la focale, la ligne française du pied du Jura (désaffectée) et celle du pied du Salève font tout pour éviter le canton. En reliant la Praille à Annemasse, le CEVA offre à Genève une troisième branche, le «minimum syndical» d’une étoile. Comment en est-on arrivé là?

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.