Comment Genève se prépare à l'épidémie

ÉpidémieAucun cas n'est recensé. En attendant, il faut «préparer, informer, rassurer», affirment les autorités.

Image d’illustration.

Image d’illustration. Image: DPA

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Paniquer ne sert à rien. C’est le mot d’ordre des autorités cantonales, qui, comme à l’époque du SRAS en 2003 et d’Ebola en 2015, marchent sur une ligne de crête, tentant de concilier des objectifs potentiellement divergents: la préparation face à une épidémie, l’information de la population et la volonté de rassurer. Rassurer n’est d’ailleurs peut-être pas le plus compliqué, car «à cette heure, à ce jour, aucun cas n’a été enregistré en Suisse et personne n’est en quarantaine», martèle Laurent Paoliello, porte-parole du Département de la sécurité, de l’emploi et de la santé. Du coup, aucune mesure spécifique n’est à l’ordre du jour, si on exempte le rappel des règles élémentaires d’hygiène pour tous les cas de grippe (lire ci contre). Pas question non plus de spéculer sur des scénarios catastrophes: distribution de masques aux écoliers, annulation du Salon de l’auto ou interruption des TPG, etc. La suppression des vols Genève-Pékin serait en outre une mauvaise idée: «On voit qu’en Italie, les voyageurs ont finalement atterri hors du pays avant d’y revenir, empêchant tout traçage.»


Lire également «La peur du virus déclenche une ruée sur les masques»


À Cointrin, la porte-parole de Genève Aéroport, Madeleine von Holzen, explique la procédure: «Les arrivants sont examinés par les autorités chinoises avant leur envol et durant les trajets, avec éventuellement des mesures de température. Avant le débarquement, les personnes remplissent des fiches de localisation permettant de savoir où elles se rendent en Suisse.» Elle ajoute que si un problème devait survenir, «l'Aéroport dispose d’un plan d’urgence, qui serait activé».

Que se passerait-il si un cas était découvert à Genève? «Deux scénarios sont envisageables, explique Laurent Paoliello. Soit il s’agit de suspicions et la personne serait mise en quarantaine. Nous encourageons les personnes à faire appel à leur médecin de premier recours pour une visite à domicile en cas de doute. Soit le virus est identifié et la quarantaine serait alors plus sévère, avec une hospitalisation possible en cas de nécessité dans des chambres d’hôpitaux à pression inversée. En cas d’épidémie importante, d’autres lieux d’accueil seraient mis sur pied, conformément au plan catastrophe des autorités, ORCA, qui n’est pas activé.»

ORCA occupe une place centrale dans le dispositif genevois. C’est la structure activée en cas de catastrophe. Le dispositif a été mis à jour il y a pile une année. Sous l’égide du Conseil d’État, en lien avec les autorités communales, fédérales et internationales, ORCA met sur pied un état-major capable de coordonner les moyens d’intervention nécessaires.

Créé: 25.02.2020, 08h20

Articles en relation

Au Tessin, les autorités tentent d'enrayer la panique

Coronavirus Nombreux Tessinois sont très angoissés par la proximité avec la Lombardie. Le Conseil d'Etat ne veut pas prendre de mesures draconiennes. Plus...

Le coronavirus poursuit son expansion dans le monde

Épidémie Le virus a notamment fait sept morts en Italie, ce qui met la Suisse sous pression. Plus...

Deux Vaudois en quarantaine à domicile

Coronavirus Un couple de l'Ouest vaudois, de retour de Wuhan, est sous surveillance. Plus...

L’épidémie force l’Italie à décréter la quarantaine

Coronavirus Passant de trois à 150 cas de contagion en trois jours, l’épidémie s’est propagée dans tout le nord de la péninsule. Onze villes sont soumises à des mesures de confinement. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Coronavirus et enseignement à la maison
Plus...